Problème avec un voisin agressif : que faire ?

Les problèmes de voisinage dégénèrent parfois en véritable harcèlement. Quels sont les recours contre un voisin agressif ? Comment apporter la preuve du harcèlement subi ? Eléments de réponse.

Voisin menaçant : quels recours ?

Face à un voisin qui se révèle agressif verbalement et profère des menaces, il faut agir rapidement. A ce stade, la démarche amiable n’est généralement plus une option. Il est alors possible de recourir à un tiers. Si le voisin est locataire, vous pourrez contacter le propriétaire du logement pour l’informer et lui demander de faire en sorte que vous puissiez retrouver votre tranquillité. Si vous êtes au sein d’une copropriété, adressez-vous au syndic. Vous pouvez également demander au maire de votre commune d’intervenir. Un médiateur ou un conciliateur de justice peut aussi être sollicité afin de régler le conflit. Lorsque toutes ces possibilités sont épuisées et que le voisin continue à se montrer menaçant, vous n’aurez plus d’autre choix que d’appeler la police et de déposer une plainte contre lui.

Définition du harcèlement moral entre voisins

Le harcèlement sexuel ou moral est souvent évoqué sur le lieu de travail, mais plus rarement entre voisins. Ce type de situation peut également survenir et se traduire par des conséquences sur la santé morale et/ou physique pour le voisin harcelé. Selon la loi, la répétition de propos et de comportements ayant pour but ou effet une dégradation des conditions de vie de la victime constitue un harcèlement. Il peut s’agir de menaces, d’insultes, de propos obscènes, d’appels, courriels ou SMS malveillants, de dégradations, de provocations. Et le juge peut considérer que le harcèlement est effectif, peu importe les relations entre les protagonistes. Le harcèlement moral entre voisins peut donc être pointé par un tribunal.

Comment prouver le harcèlement d’un voisin ?

Comme nous venons de le voir, le harcèlement sera réprimé par la justice, quelle que soit la situation. Il est revanche parfois difficile d’appuyer sa demande par des preuves. C’est pourquoi toute preuve que la victime a pu recueillir est admissible en justice. Dans le cas d’un conflit entre voisins menant à des éclats de voix, des insultes et menaces, il est fort probable que d’autres voisins aient pu entendre la teneur des propos exprimés. Il est donc conseillé de rassembler tous les témoignages des voisins. Vous pourrez parfois vous heurter à la mauvaise foi des voisins qui craignent des représailles. Vous pourrez fournir tous les courriers que vous avez envoyés au harceleur et à des tiers dans l’espoir de faire cesser ces agressions. Evidemment, toute menace écrite doit être présentée. Si des dégradations ont été commises, vous pourrez en proposer des photos et, mieux, un constat d’huissier.

Main courante contre un voisin

Afin de renforcer votre dossier, vous pourrez chaque fois que la situation vous paraît le justifier, déposer une main courante à la gendarmerie ou à la police. Aucune enquête n’est déclenchée, mais cette démarche permet de garder une trace des faits en vue d’une potentielle procédure à venir. Vous pourrez y dénoncer des menaces, des tapages nocturnes ou des dégradations par exemple.

Autour du même sujet

Troubles de voisinage

Problème avec un voisin agressif : que faire ?
Problème avec un voisin agressif : que faire ?

Voisin menaçant : quels recours ? Face à un voisin qui se révèle agressif verbalement et profère des menaces, il faut agir rapidement. A ce stade, la démarche amiable n’est généralement plus une option. Il est alors possible de recourir à un tiers....