Communication non verbale : définition, exemples et intérêt

"Communication non verbale : définition, exemples et intérêt"

Communication non verbale : définition, exemples et intérêt La communication non verbale représente 93% d'un échange oral. Mimiques, expressions du visage, intonation de la voix... peuvent contrarier le message que vous souhaiter faire passer ou lui donner plus de force. Explications.

Qu'est-ce que la communication non verbale ?

La communication non verbale désigne tous les éléments d'un échange qui n'ont pas de lien direct avec le sens de nos paroles, autrement dit avec les mots que utilisons. Ces éléments peuvent être véhiculés de manière consciente, mais sont pour la plupart le fait de mécanismes inconscients (qui peuvent néanmoins être identifiés et travaillés). Le langage corporel représente une grande part de ce que l'on appelle la communication non verbale. 

Comment se fait la communication non verbale ?

Si la communication verbale est ce que nous disons, la communication non verbale peut se manifester dans les moments de silence, dans le ton que nous utilisons pour dire les choses, mais se véhicule aussi physiquement par notre attitude. 

A titre d'exemple, voici une liste d'éléments de communication non verbale :

  • Voix (intonation, volume sonore, débit de paroles)
  • Regard (insistant, fuyant, distrait...)
  • Expressions faciales (sourire, froncement de sourcils...)
  • Mimiques (se frotter le nez, jouer avec un stylo, replacer ses cheveux...)
  • Posture (droite, courbée, épaules tombantes...)
  • Gestuelle (hocher la tête, tapoter l'épaule de l'interlocuteur...)
  • Positionnement (distance laissée avec l'interlocuteur, face à face, de côté...)
  • Apparence physique (look vestimentaire, propreté, coiffure, maquillage...)

Quel est le pourcentage de communication non verbale ?

Dans l'étude de la communication interpersonnelle, on fait souvent référence à la "règle des 3V" qui s'appuie sur des études publiées en 1967 par le professeur Albert Mehrabian. Selon cette règle, lors d'un échange oral, les différents types de communication se répartissent ainsi : 

  • 7% de communication est verbale
  • 38% de communication vocale (intonation et son de la voix)
  • 55% de communication visuelle (expressions du visage et langage corporel)

Ainsi 93% de la communication serait non verbale. 

L'importance de la communication non verbale

Si on peut aisément mentir ou cacher certaines informations en usant des mots, il est beaucoup plus difficile de ne pas trahir sa pensée avec des éléments de communication non verbale. Par ailleurs, pour faire passer un message avec force, il faut s'assurer de la congruence entre nos paroles et ce que nous véhiculons. Sans cela, nous ne pouvons pas être convaincants. De ce fait, la communication non verbale est un sujet qui intéresse de nombreux domaines : politique, commerce, droit, éducation...

Comment adopter un communication non verbale positive ?

Adopter une communication non verbale positive permet de donner plus de crédit à notre parole et de dégager une attitude qui favorise l'écoute, la confiance voire l'empathie de son ou de ses interlocuteurs. Cela passe nécessairement par une cohérence entre les mots que nous choisissons d'utiliser, notre attitude et notre apparence. Avoir une poignée de main ferme, soutenir le regard de son interlocuteur, se tenir droit et sourire font partie des conseils les plus courants pour faire une bonne impression dès les premières secondes d'un entretien d'embauche ou d'un rendez-vous professionnel. Bien sûr, de nombreux autres éléments peuvent être utiles en fonction du type d'échange (entretien, négociation, conférence, formation...) et de l'objectif visé. Souvent oublié, le contexte culturel doit aussi être pris en compte : ne pas utiliser la main gauche pour serrer la main dans les pays musulmans ou encore considérer avec attention la carte de visite d'un interlocuteur chinois.

Autour du même sujet

Communication