Recrutement Amazon : comment postuler, quel processus

Recrutement Amazon : comment postuler, quel processus 14 valeurs à maîtriser, trois étapes dont un test en ligne, de multiples entretiens téléphoniques ou en visio... Le géant du ecommerce et du cloud sait ce qu'il veut et comment l'obtenir.

"Chez Amazon, nous recrutons évidement les cadres en fonction du cursus et du CV du candidat, mais nous nous attachons principalement à l'adéquation culturelle avec l'entreprise, ce que l'on appelle nos principes de leadership, en raison de la rapidité de l'évolution de l'entreprise et de la manière dont nous gérons les parcours", explique Anne-Marie Husser, DRH d'Amazon France.

Anne-Marie Husser, DRH d'Amazon France © Amazon

Ces principes (disponibles en ligne) sont au nombre de 14 et sont fondamentaux pour postuler chez Amazon ou dans l'une de ses filiales comme AWS (cloud computing). Ils vont de "l'obsession client" à "apprendre à être curieux", en passant par "analyser en profondeur". "Nous souhaitons que nos collaborateurs ne nous rejoignent pas uniquement pour le poste à pourvoir aujourd'hui, car 60% des postes sont assurés par la mobilité interne. Si l'on vous embauche ce jour, demain vous pouvez changer de métier, partir à l'international, lancer une nouvelle activité, etc. Cette adéquation avec nos valeurs est primordiale et intégrée dans nos mécanismes dès le processus de recrutement", détaille  Anne-Marie Husser.

Celui-ci se déroule en trois étapes. La première est un test en ligne d'une durée de trois quarts d'heure, assez focalisé sur les valeurs d'Amazon. Si ce test est concluant, il y a ensuite un entretien téléphonique avec le manager ou une personne de son équipe à qui il aura délégué cette responsabilité. Puis la boucle suivante est constituée d'entretiens en one to one, de trois quarts d'heure à une heure chacun, avec le manager qui recrute, des collaborateurs qui sont au moins au niveau de séniorité du candidat en passe d'être recruté et d'un bar raiser (en anglais "relever la barre").

"Chez Amazon, nous ne souhaitons pas des collaborateurs qui nous rejoignent uniquement pour le poste à pourvoir, car 60% des postes sont assurés par la mobilité interne"

Le bar raiser est une personne qui a l'expérience du processus de recrutement d'Amazon et qui a passé une certification interne. Ce bar raiser va animer le débrief des entretiens et il prendra la décision de recruter ou non le candidat en ayant toujours en tête cette question : "le candidat fera-t-il parti des 50% des meilleurs recrues dans sa catégorie. Nous sommes toujours dans l'esprit de mieux faire, de faire grandir et recruter l'excellence", affirme Anne-Marie Husser. Chaque intervieweur évalue le candidat sur deux principes de leadership en demandant des exemples qui vont venir les illustrer. Ils ont donc une vision partielle du candidat. Et c'est le débrief de tous ces entretiens par le bar raiser qui va dresser le portrait global du candidat, ce qui permettra de prendre une décision.

Etape obligatoire, un entretien avec un "bar raiser", une personne qui a l'expérience du processus de recrutement d'Amazon et qui a passé une certification interne pour être un tiers objectif

La particularité de ce processus, c'est que ce n'est pas le manager qui va prendre la décision de recruter, mais le bar raiser. Le manager sera partie prenante, mais n'est pas décideur. "En fait, son jugement est forcément biaisé. Il a un calendrier à respecter avec l'urgence de pourvoir un poste pour renforcer son équipe. Il est tenté, certaine fois, de réaliser des choix de compromis. Son second biais repose sur son envie de travailler avec telle ou telle personne mais nous recrutons pour Amazon et pour le long terme, pas simplement pour étoffer une équipe", analyse Anne-Marie Husser. Et d'ajouter : "Nos candidats sont aussi nos clients, donc nous avons une promesse à leur encontre : nous revenons vers eux avec une décision dans les 48 heures après un entretien téléphonique et dans les cinq jours à la suite d'une boucle d'entretiens. Au final, une décision d'embauche est prise en général en un mois".

Ils ont passé (et réussi) des entretiens de recrutement chez Amazon

Antoine Payan, 24 ans, a vécu ces étapes, avec quelques spécificités en plus, et est désormais business intelligence engineer pour la branche retail d'Amazon. Un poste qui consiste à appliquer de l'intelligence data au business. Il est en CDI depuis avril 2020 après avoir effectué un stage de six mois en 2019. Pour décrocher son stage, il a postulé sur la plateforme Amazon et a été convié "à un entretien technique totalement automatisé, sous forme de QCM, afin d'évaluer mes capacités à analyser des statistiques, des graphiques, etc. J'ai également eu droit à un test Excel, ce qui m'a stressé car c'était inhabituel pour moi", dit-il.

La particularité de ce processus, c'est que ce n'est pas le manager qui va prendre la décision finale

Le lendemain, il a été joint par une responsable RH pour discerner ses motivations, son profil. Un entretien classique. Ont suivi trois entretiens en présentiel, où on lui confie un ordinateur avec trois questions, parmi lesquelles évaluer l'impact de telle décision prise. Au total, 20 minutes de réflexion puis une présentation de 10 minutes de ses résultats. Ensuite, "pendant trois heures, l'une après l'autre, j'ai eu deux personnes du business qui m'ont interrogé sur mon expérience, avec également des questions portant sur les 14 valeurs d'Amazon, agrémentées d'une question en anglais sur les principes d'Amazon, raconte-t-il. L'entretien suivant s'est déroulé avec une personne des RH qui m'a demandé ce que je projetais après mes études, afin de savoir si je voulais rester dans l'entreprise. Ce qui m'a amusé à l'époque, c'est que la réponse positive d'Amazon a été si rapide que j'ai dû refuser une offre d'une autre entreprise où le process de recrutement avait débuté bien avant."

"La réponse positive d'Amazon a été si rapide que j'ai dû refuser une offre d'une entreprise où le process de recrutement avait débuté bien avant"

Après son stage, avant avoir terminé ses études et pour être intégré en CDI, Antoine Payan s'est entretenu avec deux managers. Cette fois, les questions ont porté sur son plan de carrière, son développement chez Amazon. "Aujourd'hui, mon travail implique beaucoup de personnes en Europe, la connaissance de l'anglais est donc fondamentale. Je fais désormais passer des entretiens, je suis passé de l'autre côté du bureau et ça m'amuse de voir les coulisses de sélection des futurs stagiaires", sourit-t-il

Quant à Laura Vulin, 29 ans, en poste depuis le 16 mars 2020, veille du premier jour de confinement en France, elle est non-tech, account manager chez Amazon business, en charge d'accompagner les clients afin d'optimiser la gestion de leurs achats professionnels. "J'ai répondu à une annonce. Mon CV a été retenu et on m'a envoyé un mail pour effectuer mon test de logique en ligne. C'est un questionnaire qui ressemble à ceux que l'on effectue lors de nos concours dans les écoles de commerce ou à l'université. Fin novembre 2019, j'ai eu un entretien en visio d'une heure où j'ai été interrogée sur mes motivations et mes expériences, ainsi que sur les 14 grandes valeurs d'Amazon. J'ai beaucoup apprécié, car ça m'a permis de me projeter et de me faire réfléchir sur mes expériences", explique-t-elle. La seconde étape était en présentiel et Laura Vulin a rencontré quatre personnes sur une demi-journée, les unes à la suite des autres, avec un entretien exclusivement en anglais. Cinq jours après, elle a eu un retour positif.

"Mon conseil aux candidats : il faut vraiment se préparer aux questions sur les 14 valeurs d'Amazon et faire des liens avec nos expériences passées en s'appuyant sur des données chiffrées"

C'est donc un process très rapide : son recrutement n'a duré que deux semaines et demi. Mais "il faut vraiment se préparer aux 14 valeurs et faire des liens avec nos expériences passées en s'appuyant sur des données chiffrées. Il n'y a pas de pièges, ces 14 valeurs sont envoyées au candidat et c'est à lui de construire son argumentaire. Il nous est même adressé un format préétabli pour répondre de façon concise, ce que l'on appelle la méthode STAR (Situation, Tâche, Action, Résultat), pour conduire une véritable réflexion. Ce qu'il faut prendre en compte pour les candidats, c'est qu'après leur embauche, il y a une formation continue assez unique. Après à peine neuf mois de présence, je faisais déjà passer des entretiens de recrutement. Il existe un fort et rapide développement de nos compétences", juge-elle. 

A noter que sur les postes seniors, Amazon impose un exercice écrit. "Car nous ne sommes pas dans une culture PowerPoint. Nous rédigeons des documents sur Word, ce qui permet d'avoir une meilleure qualité des échanges lors de nos réunions et nous rend plus efficaces. Nous demandons donc à ces candidats plus seniors de rédiger en anglais un document qui n'excède pas deux pages, pour voir les qualités rédactionnelles de la personne et ses capacités de synthèse, sur un exemple de produit innovant qu'il a mené", conclut  Anne-Marie Husser.

AWS recherche principalement des personnes qui ont gravité dans le domaine de l'IT. Et pour le e-commerce, Amazon privilégie une double culture : celle du conseil et de l'opérationnel.

Recrutement

Recrutement