Matter : tout sur la norme smart home à visée universelle

Matter : tout sur la norme smart home à visée universelle MATTER. Les premiers produits compatibles avec la norme Matter ont été annoncés au CES 2022. Ils pourront échanger entre eux, quelle que soit leur marque.

Qu'est-ce que Matter, le standard smart home ?

Matter est une norme destinée à simplifier l'installation et la configuration des objets connectés en domotique et à assurer la compatibilité entre eux, mais aussi avec les services des assistants vocaux. Les produits ont désormais avec Matter un langage de communication commun. La norme a été initiée fin 2019 sous le nom de Connected Home over IP (CHIP) par Amazon, Apple, Google, en partenariat avec l'Alliance Zigbee (devenue Connectivity Standards Alliance, CSA). 

Quels IoT avec Matter ?

Matter a avant tout été pensé pour la domotique. La Connectivity Standards Alliance, à l'origine de Matter, a approuvée en mai 2021 une première spécification afin que les membres puissent la tester sur une gamme de produits dans huit domaines dans un premier temps, allant des ampoules connectées aux stores, en passant par les systèmes de ventilation et de sécurité ou aux serrures connectées.

La norme a officiellement été approuvée le 4 octobre 2022 et présentée le mois suivant. Ce sont 190 produits qui ont été mis en avant en novembre 2022 comme étant compatibles, comme les accessoires Echo d'Amazon, le hub M2 du fabricant Aqara ou encore les éclairages intelligents du fabricant Nanoleaf. Samsung et Amazon se sont associés pour simplifier l'expérience de configuration de Matter. Des mises à jour seront effectués tous les six mois, notamment pour intégrer de nouveaux produits, notamment les caméras. Whirlpool a rejoint l'alliance en novembre 2022 pour permettre l'arrivée de Matter sur l'électroménager, dans un second temps avec les prochaines mises à jour.

Les fabricants voulant rendre leurs produits compatibles avec la norme Matter peuvent s'adresser à DigiCert. L'autorité de certification privée américaine a été approuvée le 11 octobre 2022 par la Connectivity Standards Alliance pour accompagner les fabricants dans leur mise en conformité à grande échelle et certifier leurs appareils domotiques. Ce partenariat, qui vise à accélérer la mise sur le marché d'appareils certifiés Matter, présente notamment l'avantage pour les fabricants d'éviter d'investir dans la technologie, la maintenance, la main-d'œuvre et la conformité de leur certification interne. 

Comment fonctionne la norme domotique Matter ?

Matter est basée sur IP pour garantir une couche d'interopérabilité et fonctionnera sur la bande de fréquence 2,4 GHz. Elle ne fonctionnera qu'en IPv6. Les objets connectés avec des adresses en IPv4 ne seront donc pas compatibles.  Les appareils utiliseront le Bluetooth Low Energy pour leur mise en service dans un réseau Matter. Ensuite, ils communiqueront par Wifi ou Ethernet pour les applications à large bande passante et par Thread pour les applications à faible bande passante. La norme aura recours par ailleurs à la blockchain pour certifier la provenance de l'appareil et la sécurité des appareils. La sécurité devra être intégrée by design. Matter disposera d'un cryptage AES 128 bits des données entre les appareils et entre les appareils et le cloud. La communication cloud à cloud entre objets restera possible sans utiliser la norme.

Qui participe au lancement de Matter ?

Matter a été initiée par Amazon, Apple et Google, en partenariat avec l'association CSA, anciennement l'Alliance Zigbee. Pour le développement de Matter, ce sont 280 entreprises investies dans la maison intelligente travaillant ensemble pour améliorer l'interopérabilité de leurs plateformes domotiques. Les membres de l'association voulant participer au projet de rédaction du cahier des charges peuvent prendre part aux groupes de travail. Ainsi, on peut retrouver dans les groupes de travail des membres de Ikea, Legrand, NXP Semiconductors, Resideo, Samsung SmartThings, Schneider Electric, Signify (anciennement Philips Lighting), Silicon Labs, Somfy, NodOn, Wulian... "Pour ajouter des fonctionnalités, il faut l'accord de trois entreprises du même secteur dans les comités de travail. Matter change ainsi pour une entreprise la manière de travailler avec ses concurrents", souligne Florian Deleuil, directeur R&D de Netatmo. 

Comment Netatmo travaille sur Matter ?

Netatmo est fortement impliqué dans le développement de Matter. Bruno Vulcano, responsable R&D chez Legrand, est le président du board de l'alliance CSA. Netatmo a présenté au CES 2022 son premier produit Matter : un capteur de sécurité intelligent. Equipé d'un capteur de contact et d'un détecteur de mouvement infrarouge, cet objet connecté  alerte l'utilisateur de l'ouverture de porte ou de fenêtre. Mais ce n'est qu'un de ses usages : "Pour que la maison soit intelligente, elle doit comprendre nos besoins. Si elle sait si vous êtes présent (par le détecteur de mouvement du capteur), elle pourra prendre des décisions et allumer le chauffage ou l'éclairage", précise Florian Deleuil, directeur R&D. Avec Matter, il peut entrer en interaction avec plusieurs autres produits connectés, quelle que soit leur marque et, par exemple, déclencher la mise en route du chauffage ou des lumières si une présence est détectée. Les équipes de Netatmo travaillent sur ce projet depuis 2020. 

Pour quelles raisons les fabricants doivent-ils développer Matter ?

A court terme, l'intérêt premier de Matter est de rendre compatible les produits avec les assistants vocaux. "Pour un nouveau produit à mettre sur le marché, intégrer Matter divise les coûts pour les fabricants car ils devaient auparavant effectuer un développement pour chaque assistant vocal quand aujourd'hui un seul suffit", précise Florian Deleuil, directeur R&D de Netatmo. 

A long terme, Matter fera communiquer les objets connectés entre eux. Il faut néanmoins attendre que tous les produits soient compatibles en fonction des mises à jour de l'alliance. Aucune urgence donc pour les fabricants. Il leur suffira alors d'intégrer la norme de manière logicielle, si leurs objets ont la puissance nécessaire pour être mis à jour de leur côté. 

Dictionnaire de l'IoT