Asset tacking : comment fonctionne ce système de géolocalisation

Asset tacking : comment fonctionne ce système de géolocalisation Le développement de la géolocalisation et de l'Internet des objets a entraîné de nombreuses évolutions technologiques et économiques, parmi lesquelles on retrouve l'asset tracking, ou suivi d'actifs.

Qu'est-ce que l'asset tracking ?

L'asset tracking, parfois francisé sous le nom de suivi d'actifs, fait référence au suivi par géolocalisation en temps réel de tout employé, véhicule ou bien matériel d'une entreprise (une marchandise ou une matière première par exemple). En s'appuyant sur un système de géolocalisation couplé à une interface mobile ou sur ordinateur, l'asset tracking permet de déterminer la position exacte de l'asset en question, mais surtout d'étudier les flux de transition et d'échange. Plus qu'un simple processus de localisation ou d'inventaire, l'asset tracking permet d'obtenir un tableau complet du fonctionnement d'une entreprise dont l'organisation repose sur des flux de personnes ou de marchandises.

Quels sont les avantages de l'asset tracking ?

L'asset tracking s'est développé au cours de la dernière décennie sous l'impulsion du développement de l'Internet des objets. Au-delà de permettre d'avoir une vue en temps réel de l'optimisation de ses ressources, l'asset tracking permet à une entreprise d'obtenir une analyse complète du fonctionnement des équipements concernés (durée de service, temps d'arrêt, vitesse de déplacement et distance parcourue, date d'utilisation…). L'asset tracking permet ainsi d'améliorer l'efficacité des échanges commerciaux, de limiter les pertes et les gaspillages de ressources, mais aussi de vérifier le suivi des directives et des consignes de sécurité.

Quels devices et quels tags pour l'asset tracking ?

Le choix de la connectivité employée pour l'asset tracking dépend particulièrement de l'usage qui en sera fait : niveau de précision, éloignement, usage en intérieur ou extérieur, degré de sédentarité de l'asset, nécessité de calculer un itinéraire ou non… Dans le cas d'espaces restreints, la connectivité de proximité sera de mise (RFID, Bluetooth ou Wi-Fi), avec une préférence pour la première pour les espaces délimités dans lesquels sont stockés une grande quantité d'assets. A l'inverse, pour les zones étendues et les itinéraires à tracer, le réseau cellulaire est à prioriser par le recours à une carte SIM Machine to Machine. Outre une connexion plus stable qui permet de maintenir un contact permanent avec l'asset (cartes SIM multi-opérateurs ou handover), le cellulaire permet à l'asset tracking de remonter davantage d'informations environnementales (température, vibrations…).

Quels sont les principaux secteurs porteurs pour l'asset tracking ?

Il existe aujourd'hui sept grands champs industriels qui tirent principalement parti des avantages de l'asset tracking. Dans le domaine de la mobilité et des transports, il permet aux compagnies de tenir un état des lieux complet de leurs véhicules en service et de leur disponibilité. La géolocalisation est également fréquemment employée dans le secteur de la sécurité pour retrouver des biens volés ou pour identifier des travailleurs isolés dans des secteurs à risque. L'asset tracking est aussi utile dans le BTP pour tracer le matériel et éviter pertes, gaspillages et vols, ainsi que dans l'agriculture (pour localiser des troupeaux ou sécuriser du matériel) et les industries lourdes, où il permet de diminuer le risque d'accident. Si la logistique reste le domaine de prédilection de l'asset tracking, il ouvre aussi de nouvelles pistes intéressantes dans les services publics, principalement dans la santé (gestions de stocks médicamenteux et de matériel médical) et l'éducation (suivi des emprunts de bibliothèque et de matériel informatique).

Autour du même sujet

Dictionnaire de l'IoT