Zoom For Home : l'application de visio se décline pour la maison

Chargement de votre vidéo
"Zoom For Home : l'application de visio se décline pour la maison"

Zoom For Home : l'application de visio se décline pour la maison [ZOOM GRATUIT] Zoom lance Zoom For Home. Une offre taillée pour utiliser son application de visioconférence à la maison. Elle se présente sous la forme d'un écran tactile avec Zoom pré-intégré.

[Mise à jour le mercredi 15 juillet 2020 à 16h50] Zoom lève le voile sur un nouveau produit taillé pour faciliter l'accès à son application de visioconférence depuis la maison. Baptisé Zoom for Home, il se présente sous la forme d'un écran tactile livré avec l'application Zoom pré-installée. Pour l'occasion, les fonctionnalités du service de webconférence (planifier, lancer, rejoindre un meeting...) ont été optimisées pour ce type de terminal. Un premier device "Zoom for Home" est présenté pour l'occasion. Il s'agit d'un écran tactile de 27 pouces signé Dten. Baptisé Dten Me, il est équipé de trois caméras HD à grand angle et de 8 microphones pour spatialiser la prise de son. Disponible en précommande sur le site de Dten, il est tarifé 599 dollars. 

Le recours à Zoom a littéralement explosé avec le confinement. Une tendance qui s'explique à la fois par l'utilisation de l'application de visioconférence pour le télétravail mais également pour des usages grand public type apéritifs ou anniversaires virtuels. Zoom a enregistré un record de trafic en avril 2020. Sur les trois premières semaines du mois, la société californienne enregistre en moyenne 300 millions de participants par jour à des meetings organisés sur sa plateforme, contre 200 millions en mars. En décembre 2019, ce chiffre s'élevait à 10 millions. Sur les quatre derniers mois, Zoom affiche ainsi un nombre de participants en hausse de 3 000%. Sa principale force : son application gratuite

Comment télécharger Zoom (y compris gratuit) ?

L'un des atouts de Zoom réside dans sa version gratuite ciblant le grand public. Principal avantage de cette dernière : elle permet un nombre de meetings illimité. Les réunions sont néanmoins plafonnées à 100 utilisateurs maximum et surtout à une durée de 40 minutes.

Des forfaits payants sont évidemment disponibles pour les entreprises, selon la taille de l'organisation et les besoins en matière de réunions et de vidéoconférences. Ils vont jusqu'à 19 euros par mois et par animateur, et une capacité de 1 000 participants par réunion, avec possibilité notamment de prendre en charge la téléphonie. "Le coût d'achat des solutions de réunion de Zoom est généralement inférieur à celui de la plupart des concurrents", précise le Gartner dans son étude de marché 2019 sur les outils de visioconférence. Plusieurs options plus spécifiques sont également proposées, notamment le webinaire vidéo, qui permet de rediffuser en direct une réunion sur YouTube par exemple, ou encore des intégrations aux système de téléprésence de Polycom ou de Cisco.

Pour obtenir Zoom, y compris en version gratuite, il suffit de télécharger l'application sur le site de l'éditeur, simplement en procédant à une inscription.  Zoom est téléchargeable dans différentes versions : 

Pourquoi utiliser Zoom ?

Arborant une ergonomie simple et moderne, Zoom recouvre les principaux cas d'usage de la web conférence, du chat et la réunion en ligne au séminaire digital pouvant accueillir jusqu'à 10 000 participants. Zoom permet de créer une salle virtuelle avec la vidéo des participants en mosaïque (voir capture ci-dessous). Les utilisateurs peuvent y interagir aussi bien depuis leur ordinateur que depuis leur tablette ou leur smartphone.  

En parallèle, Zoom propose diverses fonctionnalités collaboratives : le partage d'écrans pour réaliser des présentations PowerPoint par exemple, le partage de fichiers, ou encore la gestion de tableaux blancs interactifs pour échanger sur des idées et brainstormer à distance. Les participants à une réunion ont aussi la possibilité de communiquer par le biais d'une messagerie instantanée en marge des meetings en visio.

Dans sa version gratuite, Zoom permet de prendre en charge jusqu'à 100 utilisateurs simultanés. © JDN / Capture

Fondé par Eric S. Yuan, ex-vice-président ingénierie de WebEx (un autre outil de visioconférence), Zoom a levé pas moins de 145,5 millions de dollars depuis sa création en 2011.  Dans son dernier Magic Quadrant sur les technologies de web conférence, le Gartner classe Zoom dans son carré des leaders. 

Comment bénéficier de Zoom Hardware as a Service (HaaS) ?  

Zoom a signé une série d'accords d'intégration avec des constructeurs de systèmes de communication sur IP, parmi lesquels DTEN, Neat, Poly et Yealink. Objectif : commercialiser une offre de Hardware as a Service (HaaS) associant sa plateforme à un matériel de téléphonie ou de visioconférence (combinant écran, caméra, micro). Le tout sous la forme d'une souscription par abonnement, incluant la maintenance des appareils. L'application Zoom Phone sera intégrée aux terminaux de téléphonie, et Zoom Rooms aux systèmes de téléconférence.

Pour l'heure,  Poly est le seul partenaire de la liste à commercialiser des produits certifiés Zoom. Il en compte trois : les packs de visioconférence pour petite salle Poly Studio X30 et Poly Studio X50, combinant une barre associant son et caméra avec un écran tactile, et le kit de télé-présence Poly G7500 pour grande salle. Ce dernier s'articule autour d'un boîtier permettant d'orchestrer écrans, caméras, microphones et hauts-parleurs.

Quelles sont les alternatives à Zoom ?

Zoom est reconnu pour sa fluidité et son extrême facilité d'utilisation. Reste que cette plateforme est loin d'être la seule sur le marché de la visioconférence. Parmi ses principaux concurrents figurent notamment Cisco WebEx, GotoMeeting, Microsoft Teams et Skype évidemment, mais aussi des applications comme Blizz (TeamViewer), ezTalks, Livestorm, U Réunion ou encore Whereby. Autre solution : l'outil open source de visioconférence Jitsi.

En mai 2020 en pleine épidémie de Covid-19, Facebook et Google avancent leur pion. Le premier annonce sa propre alternative à Zoom : Messenger Rooms (voir ci-dessous). Le second lance son offensive grand public en offrant gratuitement sa solution de visioconférence Google Meet Premium.

Quels OS sont supportés par Zoom ?

Sur ordinateur, Zoom propose une application pour Windows. Sur Mac et Linux, il faudra se contenter de la version web de la solution. Des extensions pour Chrome et Firefox permettront de bénéficier des principales  fonctionnalités de l'application de visioconférence sur l'un ou l'autre des deux systèmes d'exploitation.  

Sur mobile, Zoom fait l'objet d'applications pour Android et iOS conçues pour créer et gérer des meetings. Dans tous les cas, il est possible d'accéder à son compte utilisateur Zoom en mode web, que ce soit sur PC, Mac, tablette ou smartphone.

Comment lancer un meeting en visio sur Zoom ?

Zoom offre une expérience et une ergonomie des plus intuitives. Pour lancer un meeting en visio sur Zoom, il suffit de dérouler les actions suivantes :

  1. Ouvrir un compte sur Zoom.us si ce n'est pas encore le cas, 
  2. Cliquer sur le bouton bleu "Programmer une nouvelle réunion",
  3. Définir la date et l'heure de cette dernière,
  4. Copier-coller l'invitation au meeting dans un mail pour convier les participants,
  5. Le jour J à l'heure H, vous n'avez plus qu'à activer la réunion.

Par défaut, l'application sélectionne plusieurs fonctions de sécurité : la saisie d'un mot de passe pour accéder à la réunion ou encore l'activation de la "Salle d'attente" qui permet à l'organisateur de contrôler les accès au meeting. Evidemment, vous avez la possibilité de décocher ses options. 

Quelles sont les nouveautés de Zoom 5.0 ?

Dernière version de Zoom, Zoom 5.0 est sortie le 27 avril 2020. Parmi ses principales nouveautés, elle introduit un chiffrement des meetings plus robuste, en passant d'un cryptage AES 128-bit à AES 256-bit. Pour l'heure, ce dispositif ne protège que les réunions sur les terminaux des participants, et pas les flux de communication vidéo transitant par Internet. Pour réaliser ce chiffrement de bout en bout, Zoom a acquis la technologie de cryptage Keybase. Une brique qu'elle compte intégrer à son offre dans les prochains mois et qui sera utilisable y compris dans la version gratuite de l'application. 

Autre évolution, Zoom 5.0 donne la possibilité aux organisateurs comme aux participants aux réunions de signaler les actions inappropriées ou abusives à l'équipe Trust & Safety de Zoom.

Peut-on faire confiance à Zoom ?

Zoom propose de façon standard une fonction Security, conçue pour faciliter le paramétrage de la sécurité globales des meetings  (activation des mots de passe pour accéder aux réunions et pour protéger les enregistrements partagés dans le cloud, validation des participants par l'organisateur...). L'application met en œuvre en parallèle une politique renforcée de gestion des accès, avec des identifiants de meeting de 11 chiffres et la possibilité de leur associer des mots de passe combinant lettres, chiffres et caractères spéciaux. Dans la même logique, Zoom met en place des systèmes visant à détecter et bloquer les tentatives de connexions pirates. Pour traquer les éventuelles failles de sécurité dans ses applications, l'entreprise renforce son programme de bug bounty en faisant appel aux services de Luta Security, l'un des principaux experts du domaine. Enfin, elle permet à ses clients payants de choisir la région cloud via laquelle seront orchestrées et hébergées leurs réunions. Ils peuvent sélectionner un data center parmi huit localisations : Amérique Latine, Australie, Canada, Chine, Etats-Unis, Europe, Inde et Japon/Hong Kong. Autant dire que Zoom est sécurisé. Pour la suite, l'éditeur a mis la main sur la technologie de chiffrement Keybase. Une brique qu'elle compte intégrer à son offre pour assurer un cryptage de bout en bout des échanges, en prenant en compte y compris les flux transitant entre les terminaux des utilisateurs, ce que sa fonction de chiffrement AES 256-bit ne permet pas de réaliser aujourd'hui. Le nouveau service sera disponible pour tous les utilisateurs qu'ils aient souscrit à une offre payante ou gratuite. 

Reste que toutes les mesures prises par Zoom ne doivent pas empêcher les organisateurs de réunions d'appliquer les bonnes pratiques de sécurité. Il est notamment fortement déconseillé de décocher l'option "Salle d'attente", en particulier pour prévenir le risque d'un Zoombombing. Il est aussi recommandé de choisir des mots de passe différents de ceux utilisés pour d'autres applications. Mi-avril 2020, on apprenait que 530 000 comptes Zoom (identifiants et mots de passe) avaient été mis en vente sur le dark web. Selon Cyble, l'entreprise de cybersécurité à l'origine de l'information, les comptes en question avaient été obtenus par la technique du credential stuffing qui consiste à s'appuyer sur des mots de passe issus d'anciens piratages. Les propriétaires de ces comptes avaient par conséquent jugé plus simple de recourir pour Zoom à des mots de passe qu'ils avaient déjà retenus pour d'autres applications. Dans la foulée de cet incident, Zoom a recommandé à ses utilisateurs de changer leur mot de passe. C'est notamment suite à cet épisode que l'entreprise californienne a déployé la fonction Security évoquée plus haut

C'est un fait. Le succès de Zoom éveille l'appétit des pirates. Aux côtés des comptes Zoom mis en vente sur le dark web, de faux sites Zoom ont fait leur apparition. Une information révélée par Check Point Research. Le cabinet d'étude expert en cybersécurité a recensé pas moins de 2 449 nouveaux noms de domaine intégrant le mot "Zoom". Selon Check Point Research, au moins 32 d'entre-eux ont été conçus à des fins de piratage pour diffuser des virus sur les ordinateurs les visitant. Parallèlement, TrendMicro affirmait avoir détecté une version pirate de Zoom. Diffusée par des sites malveillants, elle cache un malware baptisé RevCode WebMonitor. Son exécution se traduit par l'installation de Zoom mais aussi l'ouverture d'une porte de derrière sur l'ordinateur infecté permettant de lancer des commandes à distance :  contrôle de la webcam, enregistrement de ce qui est saisi par l'utilisateur, suppression de fichiers... Conclusion, il est conseillé de bien veiller à télécharger Zoom sur un site digne de confiance. 

Comment éviter d'être victime d'un Zoombombing ?

Si vous n'avez par correctement paramétré Zoom, vous pouvez être confronté à ce qu'on appelle un Zoombombing. C'est-à-dire l'intrusion d'une personne malveillante publiant des images pornographiques ou haineuses dans votre réunion virtuelle au vu et au su de tous les participants. Consciente du problème, la plateforme américaine a renforcé ses procédures de sécurité autour des meetings. Désormais, elle active par défaut l'accès au meeting par mot de passe, tout comme la fonction Salle d'attente qui permet aux organisateurs de réunion de contrôler l'entrée des invités. Il est évidemment tentant de vouloir décocher ces deux options pour faciliter l'organisation d'une réunion. Exiger des utilisateurs de saisir un mot de passe est en effet contraignant. Passer outre ces exigences engendre cependant le risque de subir un Zoombombing.

Quelles différences entre Zoom et Messenger Rooms ?

En réponse à Zoom, Facebook a lancé son propre service de visioconférence grand public. Baptisé Messenger Rooms, il permet de créer des "pièces" virtuelles pouvant accueillir jusqu'à 50 personnes, contre 100 pour la version gratuite de Zoom. Nul besoin de disposer d'un compte Facebook ou Messenger pour participer à une room. Un simple lien envoyé par un membre du réseau social suffit. Objectif : proposer un environnement de socialisation simple pour les apéros, les anniversaires, les clubs...  Sur le modèle de Zoom, Messenger Rooms affiche une interface en mosaïque avec les vidéos des participants. Facebook assure avoir pris les devants en matière de sécurité. "Il y a des outils pour expulser les gens facilement. On peut verrouiller la pièce ou la fermer si ça tourne mal", rassure Mark Zuckerberg. 

En parallèle, Facebook propose une déclinaison de Messenger Rooms pour les professionnels. Elle est disponible via Workplace, la version de son réseau social taillée pour l'entreprise. "Workplace Rooms est un moyen simple de faire des appels vidéo planifiés et spontanés depuis son ordinateur, son smartphone [...]. Tout le monde peut y participer, même s'il n'a pas de compte Workplace ou si l'application n'est pas installée", précise-t-on chez Facebook.

L'interface de Messenger Rooms s'inspire de celle de Zoom. © JDN / Capture

Quelles différences entre Zoom et Microsoft Teams ?

Là où Zoom se concentre sur la visioconférence, Microsoft Teams est avant tout une messagerie collaborative conçue pour le travail en équipe. Zoom est d'ailleurs utilisable dans Teams via une extension ad hoc. Reste que Microsoft Teams intègre lui-aussi des fonctionnalités de visioconférence, notamment celles issues de Skype for Business. Les deux offres sont donc de plus en plus concurrentes. Dans son Magic Quadrant 2019 centré sur les solutions de conférences à distance, le Gartner classe d'ailleurs également Microsoft parmi les leaders du secteur.

Magic Quadrant 2019 du Gartner sur les technologies de web conférence.  © Gartner

App Zoom

L'application Zoom offre une réelle simplicité d'utilisation. En fonction des besoins, plusieurs offres sont disponibles, avec différentes options, comme l'intégration de l'application avec les outils de planification, tel que Google Agenda, ou encore la monétisation et la mise en place de sondages. La solution Zoom est simple, mais son potentiel est impressionnant. L'application Zoom est téléchargeable à la fois en mode web, mais aussi pour Android et iOS.

Zoom propose par ailleurs un plugin permettant de recourir à sa solution via une infrastructures de bureau virtuel (VDI). Une technologie qui permet aux salariés de se connecter à distance à leur poste de travail resté à l'intérieur de l'entreprise. Conçu pour les offres de VDI de Citrix et de VMware, ce plugin prend en charge les principales fonctionnalités de la plateforme : partage d'écran et annotation, tableau blanc ou encore enregistrement des meetings. Il supporte une résolution jusqu'à 1080p.

Zoom App Marketplace

Fort d'une stratégie d'écosystème, Zoom s'intègre à plus de 600 applications tierces. Proposées via une place de marché, ces intégrations vont des applications de collaboration (G Suite, Microsoft Teams, Slack...) à des applications de gestion de la relation client (Intercom, Salesforce, Shopify, SurveyMonkey, Zend, Zuora...) en passant par des applications d'analytics (Domo, New Relic...).

Enregistreur Zoom

Zoom propose une option qui permet d'enregistrer une réunion ou une intervention, avec la possibilité d'utiliser un tableau blanc virtuel, ce qui est idéal pour des formations en ligne par exemple. Les réunions en ligne peuvent également être enregistrées sur le cloud pour être visionnées plus tard.

Zoom en France

La solution Zoom est en plein essor depuis quelques années dans le monde, et notamment en France où elle séduit de plus en plus d’entreprises de différents secteurs. Parmi ses références clients dans l'Hexagone, Zoom compte notamment Deezer, Havas ou encore Sanofi (lire l'article Chez Sanofi, 69 000 salariés lancent chaque mois des réunions sur Zoom).