ClickUp : la digital workplace que les Français attendent

ClickUp : la digital workplace que les Français attendent Une app pour les remplacer toutes, c'est ainsi que se définit cette plateforme d'origine américaine. Ils sont près de 700 à solliciter son arrivée dans l'Hexagone.

Fondé en 2016 en Californie, ClickUp est une digital workplace "tout en un" combinant gestion d'équipes, création de documents, chat, gouvernance d'objectifs. Objectif : proposer une alternative crédible à Office 365 et Google Workspace, qui peinent à se défaire de leur image de suite de productivité. Pour l'heure disponible uniquement en anglais, la plateforme est en cours de traduction en français. Evidemment, la langue de Molière n'a pas été choisie par hasard. Sur le forum de l'éditeur de San Diego, elle se hisse en troisième place des langues les plus plébiscitées par les utilisateurs derrière l'espagnol et le portugais vers lesquels la solution est également en cours de traduction. A l'heure où nous écrivons ces lignes, près de 600 personnes ont voté pour le "French". Et plus de 170 d'entre elles ont publié un message pour appuyer leur vote. ClickUp n'a pas communiqué de date de sortie. Sa feuille de route officielle indique néanmoins que le projet d'adaptation est en cours.

"Une version en français s'il vous plaît ! Il ne manque plus que ça pour que ça soit l'outil ULTIME de gestion de projet !", écrit sur le forum de ClickUp Valentin Joanne, chef projet digital pour la plateforme française d'e-commerce BtoB Negocian.Cloud. Certains contributeurs n'hésitent pas à comparer le produit à d'autres outils du domaine. "Je travaille avec Trello et suis en phase de test de ClickUp […] qui a l'avantage d'être pratique", reconnait Patrick Menétrey, responsable sécurité & qualité suppléant pour les Transports Publics Neuchâtelois. Dans la même veine, Julie Desmeules, agente de planification, programmation et recherche au sein des services de santé et sociaux canadiens, renchérit : "Nous testons actuellement plusieurs applications de gestion de projet. ClickUp répond assurément à nos besoins et est très user friendly. Mais il est primordial qu'il soit traduit en français pour que tous nos chargés de projet l'utilisent."

Une orientation gestion de projet

Au premier abord, ClickUp séduit par son design efficace et dépouillé mais aussi par sa richesse fonctionnelle. La digital workplace s'articule autour d'un environnement graphique de gestion d'équipe. Celui-ci permet de créer des tâches, de les assigner aux collaborateurs, de leur associer un degré de priorité, une date limite, et un état d'avancement qui évoluera ensuite au fur et à mesure avec la possibilité d'un time tracking. Le tout est accessible et pilotable via différentes vues synchronisées : liste, tableau kanban, calendrier... A l'instar d'Asana, ClickUp intègre en plus une timeline inspirée d'un diagramme de Gantt pour visualiser sur la durée les dépendances existantes entre tâches de différents projets. De quoi maîtriser l'ajout d'actions non-programmées et leur impact sur les chantiers en cours, sans pour autant perdre de vue celles jugées critiques. Dans leurs dernières versions lancées cette année, Trello et Jira ont tous deux introduit un composant applicatif similaire.

"La solution séduit une population mature et exigeante, déçue par Microsoft et Google, et à l'affut des nouveautés"

"Ce qui attire dans ClickUp, c'est avant tout l'ergonomie", confirme Bastien Le Lann, directeur au sein du cabinet français Lecko. "La solution séduit une population mature et exigeante, déçue par Microsoft et Google, et à l'affut des nouveautés en matière de digital workplace." Le consultant compare ClickUp à Monday, dont la brique pivot est également une console de gestion d'équipe déclinable en de multiples vues. D'après le comparateur américain d'applications numériques d'entreprise The Digital Marchand, ClickUp offre une palette fonctionnelle nettement plus étendue que son concurrent. Revers de la médaille : il se révèle plus difficile à appréhender. "A la différence de Monday dont la prise en main est immédiate, ClickUp implique une courbe d'apprentissage plus raide", relève David Borgogni, responsable de tests pour The Digital Marchand. Bastien Le Lann insiste : "ClickUp va jusqu'à proposer des vues pour piloter les charges de travail, les objectifs et suivre les indicateurs clés de résultat de chaque collaborateur."

Autre point fort de la plateforme, une vue calquée sur le modèle d'Airtable est taillée pour développer rapidement des applications collaboratives sans code. Hybride entre tableur et base de données, elle permet par exemple de personnaliser l'organisation du travail en créant des workflows ad hoc ou encore de mettre au point un mini-CRM.

Un écosystème d'applications

ClickUp ne fait pas l'impasse sur les intégrations tierces. La solution se connecte nativement aux principaux outils cloud de stockage de fichiers (Dropbox, Google Drive, Microsoft OneDrive, Box), de calendrier (Google Agenda, Microsoft Outlook) et de DevOps (GitHub, GitLab, Bitbucket). Connectable à Salesforce, elle lance aussi des passerelles vers des systèmes de communication et de collaboration comme Teams, Slack, Intercom ou Zoom. "Dès sa phase d'activation, ClickUp propose de s'articuler avec ces différentes applications puis de les synchroniser avec les vues de son choix. En quelques minutes, on paramètre à la volée un environnement de management prêt à l'emploi", souligne Bastien Le Lann, avant de pondérer : "L'édition gratuite de ClickUp donne accès à toutes ces possibilités, mais reste capée à 100 Mo de stockage." Pour débloquer cette limite, il faudra débourser 5 dollars par utilisateur et par mois (édition Unlimited). Un tarif qui ne permet pas pour autant de bénéficier de l'intégralité des fonctionnalités. Pour bénéficier de toute la richesse de ClickUp, le prix à payer s'élève à 9 dollars par utilisateur et par mois (édition Business).

En décembre 2020, ClickUp a bouclé une levée de fonds de 100 millions de dollars. Une opération qui contribue à hisser sa valorisation à 1 milliard de dollars selon Bloomberg. Comptant 200 salariés, la société entend doubler ses effectifs d'ici la fin de l'année. Revendiquant à ce jour plus de 2 millions d'utilisateurs, elle met désormais le cap sur l'international avec la France parmi ses marché prioritaires en Europe. En termes de R&D, l'éditeur s'est concentré ces derniers mois sur l'amélioration de ses apps mobiles Android et iOS. Aux côtés de son édition SaaS en mode web, il avance des applications de bureau pour Windows, Mac et Linux, ainsi que des skills Alexa et Google Assistant. Le multiplateforme, avec à la clés la promesse d'un accès depuis tout type de terminal, est un autre point fort grâce auquel ClickUp compte bien faire la différence.

Suites et outils collaboratifs