Le revenu universel (revenu de base)

Si le revenu universel a été testé dans de nombreux pays à travers le monde et qu'il arrive officiellement en Finlande, il ne reste qu'une idée en France malgré plusieurs siècles de débats. Parmi ses principales difficultés, son financement.

Définition du revenu universel

Le revenu universel également appelé revenu de base est une somme versée à tous les citoyens d'un pays sans tenir compte de leurs revenus, de leur patrimoine ou de leur situation professionnelle. Il est calculé de manière à satisfaire les besoins de base.Le revenu de base aurait vocation à se substituer à la plupart des aides sociales. La mesure est soutenue par un courant économique libéral voire libertarien pour qui un revenu universel permettrait de simplifier la bureaucratie tout en mettant fin à l'assistanat. Mais certains courants d'extrême gauche sont également favorables à ce dispositif qui permettrait à ceux qui ne souhaitent pas travailler pour se consacrer à d'autres projet. En outre, cette frange de défenseurs du revenu de base estime que ce dispositif supprimerait l'effet d'aubaine d'une main d'œuvre nombreuse, prête à travailler pour peu. Le déploiement d'un revenu universel permettrait donc selon eux une hausse des revenus minimum comme le Smic en France.Le revenu universel est également appelé revenu de base. Les synonymes d'allocation de base, revenu social garanti, revenu d'existence sont également répandus.

Le revenu universel en France

Si l'idée d'un revenu universel en France séduit une partie de la population et de ses dirigeants, il n'est pour l'instant pas d'actualité. Le parti Europe Écologie Les Verts l'a inscrit dans son programme et a permis de financer une étude sur la faisabilité d'un tel système au sein du Conseil régional d'Aquitaine en 2015, soit avant la réforme territoriale. Cette option visant à limiter le chômageet à réduire les allocations trouve des soutiens dans divers partis politiques français de gauche comme de droite.Pour Benoît Hamon, candidat à la primaire de la gauche, le revenu universel est la nouvelle protection sociale.
Du côté du gouvernement en revanche, le scepticisme est de mise. En novembre 2016, dans une interview sur France Info, le ministre des Finances Michel Sapin a indiqué qu'une réflexion sur le revenu universel n'était pas à l'ordre du jour car il s'agissait d'une incitation à l'oisiveté et à la paresse.

Benoît Hamon, le revenu universel d'existence

Benoît Hamon, candidat à la primaire de la gauche propose la mise en place d'un revenu universel d'existence. Celui-ci serait d'un montant de 750 euros pour tous les citoyens. La première étape du projet passerait par une hausse du RSA qui atteindrait le montant de 600 euros et serait versé automatiquement à tous les ayants-droits sans conditions d'âge. Selon lui, le financement d'une telle mesure coûterait la même somme que le CICE. Les opposants à l'idée avancent quant à eux un coût annuel compris entre 300 et 400 milliards d'euros.

Revenu universel et retraite

Dans le cas de la France, toutes les propositions de revenu universel ont un point commun : si elles envisagent de se substituer aux minimas sociaux ou à certaines prestations familiales, elles ne comptent pas toucher aux pensions de retraite et aux allocations chômage.

Le revenu universel en Finlande

Pour le moment le pays le plus avancé en matière de revenu universel est la Finlande. Le gouvernement de ce pays scandinave expérimente depuis le 1er janvier 2017 le versement d'un revenu universel de base dont le montant serait de 560 euros par mois. Celui-ci s'applique pour le moment à 2 000 personnes en recherche d'emploi âgées de 25 à 58 ans. Si l'essai est concluant il sera étendu au reste de la population. Pour le moment, le gouvernement a prévu une enveloppe de 20 millions d'euros pour mettre en place la formule pilote. En cas de généralisation, aucune modalité de financement n'a été officiellement présentée.Cette somme serait versée à tous les citoyens sans conditions de ressources ou d'âge. Elle se substituerait à toutes les aides existantes hormis l'allocation logement et la couverture maladie. Le but est de réduire la bureaucratie et simplifier le système fiscal sans porter atteinte au pouvoir d'achat de la population.

Votation suisse : rejet du revenu universel

Le 5 juin 2016, les suisses ont voté sur le projet de mise en place d'un "revenu de base inconditionnel" attribué à tous les citoyens qu'ils soient au chômage ou qu'ils aient une activité professionnel. Concrètement le montant prévu par les soutiens à la mesure était de 2500 francs suisses pour un majeur (2260 euros) et 650 francs suisses pour chaque mineur. Le résultat a été sans appel : 77% des électeurs ont rejeté l'initiative.

Quel financement pour le revenu universel ?

Le Mouvement Français pour un revenu de base a évoqué plusieurs sources de financement. Parmi les pistes citées figurent l'autofinancement par transfert des prestations existantes. Concrètement, le revenu garanti se substituerait aux allocations et aides de l'État. Le mouvement imagine également la fusion du système de retraite, d'aide sociale et de chômage, mais aussi la taxation foncière ainsi que l'impôt sur le patrimoine. Il propose aussi le financement à l'aide des chèques écologiques et de la redistribution des profits issus des ressources naturelles. L'une des principales idées de financement consisterait à recourir à la création monétaire.

Garantie jeunes et RSA

La revalorisation de la garantie jeunes versée aux jeunes en grande difficulté et du Revenu de Solidarité Active (RSA) font également partie des solutions envisagées par le Mouvement Français pour un revenu de base afin de mettre en oeuvre ce nouveau système social.

Autour du même sujet

Salaires

Annonces Google