Immobilisation : définition simple, comptabilisation

"Immobilisation : définition simple, comptabilisation"

Immobilisation : définition simple, comptabilisation Les immobilisations peuvent être corporelles, incorporelles ou financières. Ce sont des actifs durables qui s'amortissent sur plusieurs années et qui de doivent pas être confondus avec les charges.

Qu'est-ce qu'une immobilisation ? 

En comptabilité, on désigne par le terme " immobilisation" les biens destinés à servir de façon durable l’activité d’une entreprise. Il existe trois types d’immobilisations.

  • Les immobilisations corporelles : ce sont les actifs physiques (terrains, bâtiments, parc automobile, ordinateurs, outillages…) qu’une entreprise possède et continue à utiliser après la clôture de l’exercice comptable en cours.
  • Les immobilisations incorporelles : il s’agit d’actifs dématérialisés (mais qui ne sont pas monétaires). On y trouve par exemple les brevets, licences, logiciels, fonds de commerce…
  • Les immobilisations financières : elles correspondent aux actifs monétaires d'une entreprise. Cela concerne les titres de participation, les prêts accordés directement par l'entreprise, les dépôts et cautionnements…

Les dépenses liées aux immobilisations (sauf les immobilisations financières) sont amorties en fonction de leur durée prévue d’utilisation (qui doit être supérieure à un an). Elles ne peuvent pas être intégralement déduites du résultat de l’entreprise lors de leur acquisition.

Comment savoir si c'est une immobilisation ?

Une immobilisation répond à plusieurs critères :

  • c'est un actif identifiable et quantifiable,
  • sa durée d'utilisation est supérieure à un an,
  • elle a une valeur économique positive.

Quel est le montant minimum d'une immobilisation ?

Bien que le droit fiscal fixe à 500€ le montant auquel une entreprise est obligée d'amortir un investissement et donc de l'immobiliser, il n'existe pas de montant minimum pour considérer un investissement comme une immobilisation. Par exception, les biens de faible valeur, inférieurs à 500€, peuvent néanmoins être considérés comme consommés dans l'année et de ce fait enregistrés dans les charges. A noter qu'à la différence d'une immobilisation qui est déduite des impôts sur plusieurs années en fonction du calcul de l'amortissement, une charge se déduit intégralement au cours du premier exercice comptable. 

Comment comptabiliser une immobilisation ?

Au delà du prix d'achat de l'acquisition, il faut ajouter les éventuels autres frais existants pour obtenir le coût total de l'immobilisation à enregistrer dans le bilan comptable :

  • frais d'acquisition (frais de courtage, honoraires de notaire)
  • droits de douane
  • livraison (dont l'assurance de transport)
  • frais d'installation, de montage 
  • Coûts de démantèlement et d'enlèvement à la fin de l'utilisation

Pour comptabiliser l'acquisition d'une immobilisation, il faut débiter le compte de la classe 2 "Immobilisations" et le compte 44562 "TVA déductible sur immobilisations". Le compte 404 "Fournisseurs d'immobilisations" est en contrepartie crédité.

Autour du même sujet

Dictionnaire comptable et fiscal