Conteneur en informatique : définition précise et fonctionnement

Que l'on dispose des ressources d'un serveur ou du Cloud, le développement d'une application informatique nécessite des contrôles préalables avant son déploiement. Le principe du conteneur permet de réaliser cette partie de la programmation dans des environnements de virtualisation spécialement conçus à cet effet.

Qu’est-ce qu’un conteneur en informatique ?

En informatique, un conteneur est utilisé pour bénéficier d’un espace d’exécution dédié à une application logicielle. Il peut se présenter sous la forme d’un type de données abstrait, d’une structure d’informations ou encore d’une classe.
L’usage d’un conteneur permet de tester des applications en développement, ainsi que des logiciels. L’intérêt est de disposer d’un environnement isolé pour réaliser tous les contrôles nécessaires avant le déploiement. Il est donc plus facile de distinguer les dysfonctionnements, les failles de sécurité et d’éventuels problèmes de stabilité.

Comment fonctionne un conteneur informatique ?

Afin de respecter le principe de confinement évoqué précédemment, le conteneur édicte un protocole d’accès restreint. Il est ainsi possible de stocker des objets en vue de leur virtualisation. Sur la base d’une intégration qui dépend de complexités en temps et en espace variables, on peut aborder un conteneur sous l’angle de l’accès, du stockage ou du parcours. Pour éviter une réorganisation générale, il est conseillé de séparer les composants d’application dans des conteneurs individuels ou de réaliser des clusters. À noter que l’on peut employer un serveur unique pour plusieurs applications conteneurisées.

Quelle est la différence entre un conteneur et une machine virtuelle (VM) ?

Si le principe de virtualisation est présent dans les deux cas de figure, l’usage et le fonctionnement entre une machine virtuelle et un conteneur sont dissemblables. Une machine virtuelle (ou VM) dispose de son propre système d’exploitation, tandis que le conteneur utilise l’OS de l’ordinateur où il est installé. Bien que ce dernier aspect soit pratique, la puissance sollicitée est inférieure, en particulier sur les ressources de la mémoire.

En revanche, la maintenance est nettement moins contraignante pour un conteneur, car la VM impose une mise à jour du système individualisé. De plus, le conteneur est beaucoup plus léger et compact. Ce qui accroît sa réactivité. Autre différence notable, la VM est un outil de virtualisation de l’infrastructure de calcul et non de l’application logicielle en elle-même, comme le permet le conteneur.

Acteurs

Il existe de nombreuses solutions consacrées à la virtualisation des applications logicielles. Parmi les outils de gestion de conteneurs les plus réputés, on peut citer Docker. Sous licence, il s’agit d’une plateforme intégrée dédiée aux applications compatibles sous Windows et Linux. Les utilitaires des fournisseurs de Cloud sont également reconnus. Disponible en open source, Kubernetes permet de déployer et de réaliser des opérations de maintenance dans des environnements conteneurisés parfaitement sécurisés.

Traduction

Le terme « conteneur » est l’équivalent anglais de « container ». Certains spécialistes privilégient l’emploi de « software container » pour préciser l’appartenance au domaine informatique.

Exemple :

Avant de lancer une nouvelle application sur la toile, le développeur la teste toujours dans un conteneur informatique.

Before launching a new online application, the developer always tests it in a software container.

Autour du même sujet

Conteneur en informatique : définition précise et fonctionnement
Conteneur en informatique : définition précise et fonctionnement

Qu’est-ce qu’un conteneur en informatique ? En informatique, un conteneur est utilisé pour bénéficier d’un espace d’exécution dédié à une application logicielle. Il peut se présenter sous la forme d’un type de données abstrait, d’une structure...