Amortissement dégressif : calcul, utilisation, biens amortis

"Amortissement dégressif : calcul, utilisation, biens amortis"

Amortissement dégressif : calcul, utilisation, biens amortis Quand une entreprise investit dans du matériel ou tout type d'immobilisation, elle doit procéder à un amortissement de ses biens. Il se divise par le nombre d'années prévues pour l'utilisation du matériel.

Différence entre amortissement dégressif et amortissement linéaire

Dès qu'une entreprise acquiert un bien d'une valeur marchande supérieure à 500 euros hors taxes, elle peut procéder à un amortissement annuel. Le prix d'achat n'est en effet pas immédiatement et intégralement imputé sur les charges. L'amortissement permet d'étaler le coût d'achat du matériel sur les années prévues pour son utilisation. L'amortissement linéaire propose une annuité constante sur tous les exercices de la durée d'amortissement du matériel. En revanche, l'amortissement dégressif prend en compte une dépréciation plus rapide du bien durant les premières années d'utilisation. Ainsi les annuités sont calculées chaque année en fonction de la valeur amortie du bien. La durée d'amortissement minimum est de 3 ans.

Comment calculer l'amortissement dégressif ?

Le calcul d'un amortissement dégressif se fait en plusieurs étapes. Tout d'abord, il faut déterminer un coefficient d'amortissement dégressif Celui-ci, variable selon la durée d'amortissement, permet de calculer un taux d'amortissement dégressif. Ce taux d'amortissement est ensuite appliqué au prix d'achat du bien pour la première année (au montant non encore amorti pour les années suivantes) pour connaître le montant des annuités d'amortissement. Tous les détails de chaque étape sont disponibles ci-dessous.

Coefficient d'amortissement dégressif

Le coefficient d'amortissement dégressif à appliquer au niveau comptable dépend de la durée d'utilisation prévisionnelle du bien amorti. Ce coefficient va servir à calculer le montant de l'annuité d'amortissement. Pour une durée d'amortissement de 3 ou 4 ans, le coefficient est de 1,25. Pour une durée de 5 ou 6 ans, ce coefficient passe à 1,75. Enfin, pour un amortissement dégressif supérieur à 6 ans, le coefficient est fixé à 2,25.

Calcul du taux d'amortissement dégressif, le TAD

Le TAD, taux d'amortissement dégressif permet de procéder au calcul de chaque annuité. Pour définir ce taux, il faut se baser sur la durée d'utilisation ainsi que le coefficient d'amortissement dégressif. Une méthode de calcul simple consiste à diviser le nombre 100 par la durée d'utilisation et à multiplier le montant par le coefficient. Par exemple, pour un bien que l'on souhaite amortir sur 5 ans, le calcul s'effectue ainsi : (100/5) x 1,75 = 35%. Le taux d'amortissement dégressif est donc de 35 %.

Calcul des annuités d'amortissement dégressif

Afin de calculer la première annuité d'amortissement dégressif, il faut utiliser le prix d'achat du bien, le taux d'amortissement dégressif obtenu ainsi que le nombre de mois restant pour la première année. La formule est (prix d'achat du bien x taux d'amortissement dégressif x nombre de mois restant sur l'année) / 12 (qui correspond au nombre de mois d'une année entière). Pour les annuités suivantes, le calcul reste le même en remplaçant la valeur d'achat par la valeur amortie (valeur neuve moins les annuités précédentes).

Quand utiliser l'amortissement dégressif ?

L'amortissement dégressif permet d'amortir un bien plus rapidement en début d'utilisation. Cela confère donc un avantage fiscal en début d'amortissement, puisque l'amortissement permet de réduire son impôt.

Quels sont les biens amortissables de façon dégressive ?

Les biens immobilisés doivent être achetés neufs, et l'amortissement doit être d'au minimum trois ans. Le code général des impôts établit la liste des biens qui peuvent bénéficier d'un amortissement dégressif :

  • Matériels et outillages utilisés pour des opérations industrielles de fabrication, de transformation ou de transport
  • Matériels de manutention
  • Installations destinées à l'épuration des eaux et à l'assainissement de l'atmosphère
  • Installations productrices de vapeur, chaleur ou énergie
  • Installations de sécurité et installations à caractère médico-social
  • Machines de bureau, à l'exclusion des machines à écrire
  • Matériels et outillages utilisés à des opérations de recherche scientifique ou technique
  • Installations de magasinage et de stockage sans que puissent y être compris les locaux servant à l'exercice de la profession
  • Immeubles et matériels des entreprises hôtelières.

Gestion d’entreprise