Admiral Markets : présentation, fonctionnement, frais…

Admiral Markets : présentation, fonctionnement, frais… Il existe un très grand nombre de plateformes de trading en ligne sur le marché, et pour ceux qui souhaitent se lancer, il est parfois difficile de choisir. Voici tout ce qu'il y a à savoir sur Admiral Markets .

Admiral Markets, qu'est-ce que c'est ?

Admiral Markets est une plateforme de trading en ligne. Elle permet à des particuliers, mais aussi à des professionnels, d'investir dans des places de marché internationales. Elle sert de courtier, c'est-à-dire d'intermédiaire entre ces investisseurs et les places de marché, sur lesquelles elle exécute les ordres passés par ses utilisateurs. Elle est notamment spécialisée dans les CFD  (contrats sur la différence, instrument financier dérivé par lequel on spécule à la hausse ou à la baisse sur le cours d'un actif) et le Forex  (marché international des devises), même si elle propose aussi d'autres instruments financiers.

Le groupe Admiral Markets existe depuis 2001, et il regroupe sous la même bannière plusieurs sociétés d'investissement, chacune recouvrant une région du monde. C'est la filiale estonienne du groupe, Admiral Markets AS, qui fournit les principales activités de courtage en Union Européenne, ainsi que la filiale chypriote qui lui est rattachée.

Le broker a changé de nom : sa nouvelle appellation est simplement Admirals. Un changement qui traduit l'ambition de devenir un véritable hub financier, un "fournisseur de financement personnel complet" et d'élargir sa gamme de produits. Le courtier dispose de 16 bureaux dans le monde et de services clients dans 130 pays.

Comment fonctionne Admiral Markets ?

Admiral Markets fonctionne en ligne : sa plateforme est accessible depuis tous les supports et une application mobile peut être téléchargée. Elle donne aussi accès à Metatrade, un logiciel en ligne qui permet d'accéder aux places de marchés internationales depuis plusieurs plateformes sur une même interface. La plateforme propose aussi un compte de démonstration, qui permet de s'entraîner sans réellement investir d'argent. Les dépôts peuvent être effectués dans la plupart des devises nationales.

Pour l'utiliser, il faut se créer un compte. Admiral Markets envoie alors un mail d'activation. Il faut ensuite compléter son profil, en vérifiant ses informations personnelles, et notamment en rentrant un code reçu par SMS. Le courtier vérifie également l'identité des internautes qui s'inscrivent et demande le téléchargement d'un justificatif de domicile. Après cela, il est possible de déposer de l'argent, de plusieurs façons : virement bancaire, carte Visa et Mastercard, dépôt via les applications Klarna et Skrill. Ensuite seulement, l'internaute peut commencer à trader, en parcourant les différents marchés et en sélectionnant les instruments qui l'intéressent.

Quels sont les frais sur Admiral Markets ?

Les frais varient selon les marchés boursiers mais restent globalement les mêmes d'un instrument financier à un autre. Que ce soit pour le Forex, les CFD, les actions directes ou les ETF, la commission est équivalente à 0,02 dollar aux Etats-Unis ; 0,15% de la valeur de la transaction au Japon, en Australie et en Europe (sauf en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, où elle s'élève à 0,1% de la transaction).

L'ouverture du compte est gratuite. Les dépôts le sont aussi, sauf par l'application Skrill, un service en ligne qui permet d'envoyer et recevoir de l'argent instantanément (0,9% du montant). Il est possible de faire deux retraits gratuits par mois, mais pour les paiements en euros vers l'Union Européenne, des frais d'un euro par retrait s'appliquent. Au-delà de deux retraits, les frais sont ensuite de 5 euros pour un virement bancaire, et de 1% du montant sur Skrill. Les transferts entre les comptes de trading d'un même client  sont gratuits pour des comptes en même devise. En revanche, des frais d'1% du montant transféré s'appliquent entre des comptes aux devises différentes. Après deux ans d'inactivité, des frais de 10 euros par mois sont prélevés, à condition que le solde du compte soit positif. Dans le cas contraire, aucun frais d'inactivité n'est prélevé. Les frais de conversion de devise sont de 0,3% pour chaque trade effectué dans une devise différente de celle du compte de trading.

Quels sont les produits financiers disponibles ?

Admiral Markets revendique l'accès à plus de 8 000 instruments financiers, 4 500 actions et ETFs (trackers) de la bourse de New York, du Nasdaq et du FTSE (cent entreprises les plus capitalisées à la bourse de Londres), entre autres, et 4 000 CFD. Elle est présente sur plusieurs bourses européennes, américaines et asiatiques.

La plateforme propose un accès aux marchés des devises (le Forex, via des CFD paires de devises), des matières premières (métaux et énergies, via les CFD), des indices (via les CFD), des actions (actions directes et CFD   ), des obligations (CFD sur les obligations d'Etat) ainsi qu'à certaines cryptomonnaies.

Admiral Markets est-il un site sérieux ?

Chaque société d'investissement du groupe Admiral Markets est régulée par un organisme national de contrôle. En Europe, ce sont les autorités financières du Royaume-Uni (la FCA, Financial Conduct Authority), de Chypre (le CySec, Cyprus Securities and Exchange Commission) et d'Estonie (l'EFSA, l'autorité estonienne de surveillance financière) qui régulent ses activités.

Par ailleurs, les fonds des clients sont sécurisés du fait que les dépôts effectués pour trader soient séparés des fonds d'exploitation du courtier et déposés sur des comptes ségrégués au sein d'un établissement de crédit de l'Union Européenne. Le courtier adhère également au fonds de compensation financier (ICF), qui peut verser jusqu'à 20 000 euros d'indemnités en cas de défaillance d'Admiral Markets. Depuis mars 2021, le groupe a même établi une police d`assurance de protection des fonds pour les clients, auprès de l'assureur Lloyd à Londres, qui couvre les titres et les liquidités des clients dans la limite de 100 000 euros en cas d'insolvabilité d'Admiral Markets. Les clients sont également protégés contre le solde négatif, en intégralité et sans limite de paiement pour les clients particuliers, et dans la limite de 50 000 euros pour les clients professionnels.

Le groupe assure par ailleurs que ses serveurs "sont physiquement situés à côté de tous les fournisseurs de liquidité majeurs, afin d'assurer la meilleure exécution et la plus faible latence". Sur son site, Admiral Markets affiche aussi une page de conseils pour sécuriser son compte de trading et éviter le phishing.

Néanmoins, investir sur Admiral Markets reste risqué, comme sur toutes les plateformes de trading. 76% de comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent lors du trading CFD avec ce fournisseur, comme l'explique ce dernier sur son site. Pour limiter les risques, la plateforme propose notamment un compte d'entraînement, qui permet aux novices de s'exercer et de s'habituer aux usages de la plateforme et des marchés financiers en général. Admiral Markets propose aussi un dispositif de formation, notamment des séminaires, webinaires, livres éducatifs et brochures.

Admiral Markets et impôts

Toutes les sommes gagnées par le biais d'investissements financiers doivent être déclarés aux impôts, lors de sa déclaration annuelle de revenus. C'est donc le cas des montants obtenus grâce au trading sur des plateformes en ligne comme Admiral Markets. Il faut déclarer le solde annuel de l'ensemble des opérations. S'il est négatif, la déclaration n'est pas obligatoire mais reste possible. En effet, le solde négatif peut être déduit des plus-values de même nature l'année de la déclaration et les dix années suivantes. Dans tous les cas, les contribuables doivent déclarer tous les revenus gagnés sur l'année, même ceux qui sont encore sur la plateforme d'Admiral Markets et n'ont pas encore été transférés sur leur compte bancaire.

Les revenus issus d'investissements financiers tels que le trading sont soumis à un impôt forfaire de 12,8%. Il est cependant possible, sur demande expresse, d'opter pour l'application du barème de l'impôt progressif. A cela s'ajoute la CSG, la CRDS et les prélèvements sociaux, d'un montant de 17,2%.

Contrairement aux courtiers traditionnels, adossés à une banque, les plateformes de trading en ligne telles qu'Admiral Markets ne proposent pas de compte-titre comme les PEA. Impossible, donc, de bénéficier des allègements d'impôt prévus avec ce type de produits d'épargne.

Autour du même sujet