FinOps : définition, bonnes pratiques, approche cloud, certifications...

FinOps : définition, bonnes pratiques, approche cloud, certifications... Quelles sont les dernières bonnes pratiques en matière de FinOps. Comment optimiser ses coûts sur Amazon Web Services, Microsoft Azure ou Google Cloud Platform ? Tour d'horizon.

Avec la crise du Covid-19, la question de la rationalisation des dépenses cloud revient sur le devant de la scène. Le FinOps devient un enjeu clé pour les organisations confrontées à des baisses d'activité dans le sillage de la phase de confinement.

L'approche FinOps, c'est quoi ?

L'approche FinOps, contraction des termes finance et opération, vise à monitorer et optimiser les coûts en matière de cloud computing. Le principal défi sous-jacent ? Trouver le bon compromis entre le budget et les dépenses attribuées aux services cloud d'une part, et la performance et l'innovation IT recherchées en termes business d'autre part. L'objectif n'est pas seulement de faire des économies, mais de tendre vers le juste prix. Dans le sillage des méthodes agiles, le FinOps implique aussi une collaboration étroite entre les équipes de gestion des opérations informatiques et les équipes métiers. Plus qu'une approche, le FinOps est donc aussi une culture d'entreprise.

Quelles sont les bonnes pratiques du FinOps ?

L'approche FinOps a donné naissance à un référentiel de bonnes pratiques open source baptisé FinOps World. Pour mettre en place une politique FinOps, ce référentiel recommande de bâtir une structure de gouvernance via la création d'un centre d'excellence cloud. Orchestré par un lead FinOps, il sera typiquement composé d'un gestionnaire de programme, d'un lead architecte, d'un lead DevOps et d'un lead SecOps. Objectif : insuffler la culture FinOps au sein de l'ensemble des équipes de développement et d'opération informatique.

En lien avec la direction financière, le centre d'excellence cloud aura pour mission de définir des objectifs d'optimisation de coûts en fonction du budget informatique prévisionnel. Des objectifs qui seront ensuite attribués aux équipes de développement et d'opération. Pour suivre l'atteinte de ces objectifs, il dressera un reporting financier avec des indicateurs clés de performance. Un tableau de bord qui permettra à la finance de contrôler la bonne mise en œuvre du FinOps. Evidemment, ce cadre de pilotage passe par la définition d'une politique d'achat, avec des recommandations en matière d'offres cloud à utiliser, et par une politique de refacturation interne ad hoc.

FinOps sur AWS : comment optimiser ses coûts sur le cloud d'Amazon ?

Amazon Web Services (AWS) fournit quatre outils conçus pour piloter les dépenses engagées sur sa plateforme. En amont, AWS Cost Explorer s'articule autour d'un tableau de bord pour visualiser les coûts des différents services cloud utilisés au fil du temps. Permettant d'appliquer différents filtres (comptes, périodes, offres...), il intègre des modèles d'analyse prédictive en fonction de l'historique de consommation. Deuxième outil, AWS Trusted Advisor analyse en temps réel les performances des instances exécutées selon les besoins en performances et capacités du client. Il désactive les machines virtuelles (VM) inactives et redimensionne celles qui s'avèrent surprovisionnées ou inadaptées à la charge de travail. EC2 Right Sizing fournit des recommandations à la fois sur les paramétrages techniques des services AWS et sur l'optimisation des coûts, en éliminant notamment les ressources IT inutilisées. Enfin, AWS Budgets permet de se fixer un budget et d'être prévenu en cas de dépassement.

Aux côtés de ces solutions de FinOps, AWS propose des modèles tarifaires qui pourront contribuer à rationaliser les coûts. En réservant à l'avance des instances, les clients peuvent par exemple bénéficier de remises jusqu'à 72%. De même s'ils s'engagent à consommer une certaine capacité de calcul sur un à trois ans.

FinOps sur Azure : comment optimiser ses coûts sur le cloud de Microsoft ?

Comme AWS, le cloud de Microsoft intègre une série de services de gestion de coûts. D'abord, Azure est équipé d'une calculatrice pour estimer le montant à engager en fonction des architectures et briques retenues. C'est l'équivalent de l'AWS Pricing Calculator. A l'instar d'AWS Cost Explorer, Azure Cost Management consolide de son côté les ressources consommées et les dépenses associées au sein d'un tableau de bord unifié. Parmi ses points différenciant, l'outil ne se contente pas de monitorer les coûts d'Azure, il permet également de piloter ceux d'AWS en se connectant aux API de ce dernier. Autre avantage, l'application de data visualisation Power BI de Microsoft se connecte à Azure Cost Management, ouvrant la possibilité à la création de tableaux de bord personnalisés.

En matière de FinOps, Microsoft met aussi en avant Azure Advisor. Un service qui, entre autres choses, identifie les VM faiblement utilisées. "Il fournit des recommandations en termes d'achat d'instances réservées. Les recommandations sont basées sur vos 30 derniers jours d'utilisation des VM", précise Microsoft.

Le FinOps sur GCP : comment optimiser ses coûts sur le cloud de Google ?

Au lieu de proposer plusieurs outils de FinOps comme le font AWS et Azure, GCP (Google Cloud Platform) a fait le choix de proposer dans ce domaine un service unique. Baptisé Cost Management, il inclut à la fois une console de suivi des dépenses, la possibilité de créer des tableaux de bord personnalisés. Mais aussi une gestion des ressources cloud par projets, ainsi qu'un pilotage des habilitations financières en fonction des budgets alloués, avec à la clé des alertes en cas de dépassement. Enfin, la solution gère les exports vers BigQuery en vue de réexploiter les données financières dans l'application de data visualisation Data Studio de Google.

Qu'est que la FinOps Foundation ?

La Fondation FinOps (ou F2) est une association à but non-lucratif qui se donne pour mission de conceptualiser et promouvoir les standards et meilleures pratiques en matière de gestion financière des services cloud. Fondée en février 2019, elle regroupe des milliers d'experts du FinOps issues de centaines d'organisations à travers le monde. Parmi les plus connues figurent notamment Atlassian, Autodesk, le MIT, Nike ou encore Spotify.

Quelles sont les principales formations et certifications en FinOps ?

La FinOps Foundation propose une formation certifiante au FinOps qui a l'avantage d'être reconnue et indépendante (la FinOps Certification). Délivrée par des experts professionnels du domaine, elle couvre les principes fondamentaux du FinOps et donne un aperçu des concepts clés dans les trois grands domaines de l'optimisation des dépenses cloud : informer, optimiser et exploiter.

Avec cette formation, la fondation FinOps cible tous les profils IT susceptibles de s'intéresser de près ou de loin au FinOps : DSI, CTO, gestionnaires de budget cloud, ingénieurs informatiques, architectes, responsables de finance IT. Enfin, elle cible aussi les directions financières.