Case 2OP : qu'est-ce que c'est et où la trouver ?

Au moment de la déclaration de revenus pour l'année échue, que celle-ci soit effectuée par courrier ou en ligne, il est important de correctement appréhender la case 2OP. La cocher ou ne pas le faire aura une influence directe sur le montant de l'impôt sur le revenu qu'il faudra régler au fisc.

Qu’est-ce que la case 2OP ?

La case 2OP concerne les revenus du capital, c’est-à-dire les intérêts issus de placements tels que les livrets bancaires fiscalisés, les PEL (Plan Épargné Logement) ou encore les comptes à terme. Depuis le 1er janvier 2018, tous ces placements sont soumis au PFU (Prélèvement Forfaitaire Unique), communément appelé la flat tax : 30 % d’imposition, répartis entre l’impôt sur le revenu (12,8 %) et les prélèvements sociaux (17,2 %). Cette flat tax s’applique par défaut à tous les revenus des valeurs et des capitaux mobiliers, et une case 2OP non cochée correspondra de fait à une imposition de ces revenus aux 30 % de la flat tax.

Quand cocher la case 2OP ?

La case 2OP n’est généralement pas cochée dans la déclaration préremplie envoyée chaque année par l’administration fiscale, ce qui suppose que tous les contribuables qui ont perçu des revenus du capital doivent payer la flat tax. Il est néanmoins possible de la cocher, et donc de ne pas être soumis au PFU. Si c’est le cas, le contribuable qui coche la case 2OP renonce donc à la flat tax et opte pour une imposition au barème progressif, qui dépendra par conséquent de son niveau de revenu. Il faut donc cocher la case 2OP si l’on est certain de payer moins d’impôts au barème progressif. Cocher la case 2OP vaut pour l’ensemble des revenus du capital, il n’est pas possible de dissocier le mode d’imposition (flat tax ou barème progressif) en fonction de la nature des revenus. Il est possible d’effectuer une simulation lors de la complétude de la déclaration en ligne afin de voir quelle option est la plus intéressante, sachant que les ménages non imposables qui perçoivent des revenus du capital sont déjà assurés de ne pas payer d’impôt sur ces revenus s’ils optent pour le barème progressif (alors qu’ils paieraient l’impôt sur le revenu à hauteur de 12,8 % avec le PFU).

Case 2OP : une option irrévocable?

Le fait de cocher ou de ne pas cocher la case 2OP n’est en rien irrévocable. Il est tout à fait possible de changer d’option chaque année si les revenus évoluent et que la première option devient moins avantageuse que la seconde. La déclaration préremplie intégrera le choix qui a été fait l’année précédente, mais ce choix peut être modifié par le contribuable s’il estime qu’il est plus judicieux pour lui de basculer vers l’autre option. Le dispositif relatif à la case 2OP étant relativement récent, il a fallu que le contribuable prenne le temps de le connaître et de l’appréhender correctement : en 2019, pour la déclaration des revenus perçus en 2018, très peu de foyers avaient coché la case 2OP, et de nombreux contribuables sont passés à côté d’une potentielle économie d’impôts.

Impôt sur le revenu