Emprise au sol : comment la calculer

Avant de construire une maison, une extension ou une piscine par exemple, l'emprise au sol fait partie des notions à connaître pour bien maîtriser son projet.

Qu'est-ce qui compte dans l'emprise au sol ?

On définit l’emprise au sol comme la projection verticale d’une construction. Il convient donc d’ajouter à la surface de plancher l’épaisseur des murs mais aussi les débords et surplombs. Cependant, un débord ne formant pas d’appentis soutenu par des murs ou des poteaux n’intègre pas l’emprise au sol d’une construction.

Où trouver le coefficient d'emprise au sol ?

Pour obtenir le coefficient d’emprise au sol (CES), il suffit de diviser la quantité de sol occupée par un bâtiment par la surface de la parcelle. Par exemple, pour une maison de 90 m² sur un terrain de 400 m², le CES sera de 0,225.

Quelle surface peut-on construire sur un terrain ?

Avant de dessiner les plans d’une maison, il est nécessaire de s’enquérir des réglementations définies par le plan local d’urbanisme (PLU) de sa commune. En fonction du zonage de la parcelle, un coefficient d’occupation des sols (COS) doit être respecté. Par exemple, si le COS est de 0,1, sur un terrain de 1 500 m², votre maison ne pourra pas dépasser 150 m² (0,1 x 1 500) de surface hors œuvre nette (shon).

Emprise au sol et piscine

L’emprise au sol d’une piscine à construire doit être calculée afin de déterminer si une déclaration préalable suffit ou s’il faut déposer un permis de construire. À partir de 10 m², une déclaration s’impose, mais si le bassin dépasse 100 m², un permis est obligatoire.

Emprise au sol et terrasse

Là encore, la surface projetée détermine les obligations administratives. Mais attention, les terrasses de plain-pied non surélevées (ou très faiblement) ne nécessitent pas d’autorisation particulière. Pour une terrasse surélevée, il convient de vérifier les règles d’urbanisme de la commune sur laquelle le projet est visé.

Emprise au sol et escalier

Le Code de l’urbanisme précise que pour calculer l’emprise au sol, déduction doit être faite des vides et des trémies afférentes aux escaliers.

Emprise au sol et surface de plancher : quelle différence ?

Contrairement à l’emprise au sol, la surface de plancher n’intègre ni l’épaisseur des murs dans son calcul, ni les extensions ouvertes par exemple. En revanche, la surface de plancher doit prendre en considération la superficie de chaque étage.

Emprise au sol et pergola

Dès 5 m² d’emprise au sol, une pergola doit faire l’objet d’une déclaration préalable de travaux en mairie. Si l’emprise au sol atteint plus de 20 m², le projet doit être déposé via un permis de construire, et sa construction ne pourra être exécutée qu’après sa délivrance.

Emprise au sol et permis de construire

Tout l’enjeu du calcul de l’emprise au sol réside dans les formalités plus ou moins lourdes qui devront être accomplies. Il est donc essentiel de s’assurer de la réglementation en vigueur pendant la phase de réflexion d’un projet.

Construction