Retraite au Portugal 2021 : fiscalité, impôts et conditions

Retraite au Portugal 2021 : fiscalité, impôts et conditions Le Portugal fait partie des destinations préférées des retraités. Vivre sa retraite au Portugal peut avoir de nombreux avantages, à condition de connaître les démarches administratives. Mais une réforme de 2020 diminue les avantages accordés aux Européens.

Retraite au Portugal : les avantages

Partir en retraite au Portugal présente de nombreux avantages. Proche de la France, ce pays jouit d'une belle qualité de vie avec un climat agréable et un cadre de vie optimal pour passer des journées reposantes. Le Portugal est aussi connu pour son coût de la vie inférieur à 25%, comparé à celui de la France, permettant donc aux nouveaux retraités d'investir plus facilement dans l'immobilier tout en se faisant plaisir pour leurs loisirs. Le prix de l'immobilier est en effet plus accessible qu'en France, même s'il a connu une envolée ces dernières années avec des prix moyens de 3 150 euros du mètre carré, et de 6 000 euros à 7 000 euros dans l'hyper centre en juillet 2020, selon Maison du Portugal. La situation sanitaire et l'épidémie de coronavirus complique cependant les déplacements.

Quelles démarches pour une retraite au Portugal

Contrairement au Maroc, destination prisée des retraités français, s'installer à la retraite au Portugal ne nécessite pas de demande de visa. Quelques formalités administratives sont tout de même requises au-delà de 90 jours de séjour par an : les ressortissants européens doivent alors s'inscrire à la mairie pour obtenir la délivrance d'un certificat européen.

Les impôts lors d'une retraite au Portugal

Concernant la fiscalité, le Portugal pouvait jusqu'à récemment être très avantageux pour les retraités. En effet, le gouvernement portugais attirait de nombreux retraités en proposant, via le statut de Résident Non Habituel (RNH), une exonération fiscale durant 10 ans sur les pensions de retraite étrangères, dont les françaises, sans oublier la non-taxation française, à condition de rester sur le territoire au moins 6 mois par an. Après 10 ans, le régime progressif d'imposition était alors soumis. Celui-ci prévoit un taux d'imposition maximal de 56,5% pour les revenus supérieurs à 250 000 euros par an.

Cependant, une loi de février 2020 met fin à compter d'avril 2021 à cette exonération fiscale de 10 ans, à laquelle n'ont donc plus droit les nouveaux arrivants RNH. Le nouveau régime fiscal fixe un taux d'imposition minimum de 10% sur les revenus des retraités étrangers, sans effet rétroactif. Les ressortissants européens avec un statut de ressortissant non habituel déjà installés et arrivant au bout de leur période d'exonération de 10 ans ne seront pas soumis à ce taux de 10% mais au régime d'impôt progressif.

Les fonctionnaires en retraite au Portugal

Si le climat fiscal est très attractif pour la plupart des retraités français, les fonctionnaires gardent tout de même leur taxation sur leurs pensions de la part de la France. L'exonération fiscale de dix années ne s'adresse donc qu'aux anciens salariés et indépendants, mais pas aux fonctionnaires.

Où s'installer au Portugal pour sa retraite ?

Si l'achat immobilier ne fait pas partie des projets ou si les futurs retraités ne souhaitent pas rester toute l'année au Portugal, la location peut être envisagée afin de prolonger ses vacances estivales, ou jongler avec sa résidence en France. Comme à l'achat, la location immobilière peut être attractive et de nombreuses villes proposent des biens à louer. Pour un paysage montagneux et naturel, le Nord et la ville de Porto sont à privilégier, avec une moyenne de 4 euros par mois le mètre carré. Le Centre du Portugal attire avec ses plages de sable fin et l'on peut trouver des tarifs similaires au Nord. La capitale, Lisbonne, affiche un tarif de 11 euros par mois le mètre carré, soit le double des autres régions et l'île de Madère.