Taxe de séjour : Paris, Airbnb, montant, exonération...

Taxe de séjour : Paris, Airbnb, montant, exonération... TAXE DE SEJOUR. La taxe de séjour est un impôt collecté par les communes auprès des vacanciers. Qui doit la payer, à quel moment ? Quel est son montant ? Voici tout ce qu'il faut savoir.

La taxe de séjour est un impôt français qui peut être demandé par les communes à vocation touristique auprès de leurs vacanciers. Cette taxe a pour but d'aider les conseils municipaux à financer leurs dépenses liées à la fréquentation touristique et à la protection des espaces naturels à destination des vacanciers. Elle peut être perçue par la commune de deux façons : de manière réelle ou de manière forfaitaire.

Quel est le montant de la taxe de séjour ?

Le tarif de la taxe de séjour ne peut dépasser 4,00 euros par nuitée, hors taxe additionnelle de 10% pouvant être demandée par le département de la commune. Le montant exact de la taxe par nuitée est fixé par chaque conseil municipal dans le respect de fourchettes de tarifs minimums et maximums établies par l'État pour chaque catégorie d'hébergement. Par conséquent, pour connaître le montant exact de la taxe de séjour, il est recommandé d'utiliser le site dédié de l'administration fiscale. Il suffit d'y renseigner votre commune ou le département pour accéder aux tarifs en vigueur. 

Quel est le montant de la taxe de séjour à Paris ?

Le Conseil de Paris, qui possède à la fois les attributions d'un conseil municipal et celles d'un conseil départemental, a relevé début 2015 le montant de la taxe de séjour dans la capitale. En prenant en compte la taxe additionnelle départementale de 10%, les tarifs nets par nuitée en vigueur en 2022 sont les suivants :

  • Palaces : 4 euros 
  • Hôtels de tourisme 5 étoiles, résidences de tourisme 5 étoiles, meublés de tourisme 5 étoiles : 3 euros
  • Hôtels de tourisme 4 étoiles, résidences de tourisme 4 étoiles, meublés de tourisme 4 étoiles : 2,30 euros
  • Hôtels de tourisme 3 étoiles, résidences de tourisme 3 étoiles, meublés de tourisme 3 étoiles : 1,50 euros
  • Hôtels de tourisme 2 étoiles, résidences de tourisme 2 étoiles, meublés de tourisme 2 étoiles, villages de vacances 4 et 5 étoiles : 0,90 euros
  • Hôtels de tourisme 1 étoile, résidences de tourisme 1 étoile, meublés de tourisme 1 étoile, villages de vacances 1,2 et 3 étoiles, chambres d'hôtes, auberges collectives : 0,80 euros.

Qui est concerné par la taxe de séjour ?

Tous les hébergements y sont soumis : palaces, hôtels de tourisme, résidences de tourisme, meublés de tourisme ou locations de vacances entre particuliers, chambre d'hôtes, villages de vacances, hébergements de plein air et ports de plaisance.

Doit-on payer la taxe de séjour avec Airbnb ?

La taxe de séjour forfaitaire devant s'appliquer également aux particuliers louant tout ou une partie de leur habitation personnelle, Airbnb a l'obligation légale de collecter la taxe de séjour auprès de ses hôtes, avant de la reverser aux différentes communes. Depuis le 1er août 2016, Airbnb récolte la taxe de séjour dans 20 villes de France. 

Comment ne pas payer la taxe de séjour ?

Les exonérations de taxe de séjour ne se font pas en fonction du type de logement. En revanche, les personnes suivantes ne doivent pas payer la taxe de séjour : 

  • Un enfant âgé de moins de 18 ans
  • Une personne en contrat saisonnier et employé dans la commune 
  • Le bénéficiaire d'un hébergement d'urgence 
  • Une personne qui occupe des locaux dont le loyer est inférieur à un montant fixé par le conseil municipal.

Pour en savoir plus, contactez directement la mairie. 

Quand faut-il payer la taxe de séjour ?

La taxe est payée au réel par le vacancier au lieu d'hébergement (hôtel, propriétaire, logeur, etc.) ou au site Internet ayant servi à sa réservation, selon le nombre de nuitées de son séjour et selon la catégorie de l'hébergement. Elle est acquittée lors de la réservation ou du paiement sur place. Le montant de l'ensemble des taxes de séjour collectées par les hôteliers, propriétaires et logeurs, est ensuite reversé à la commune à la fin de la période dite de perception.

Impôts