Frais réels : comment les réduire ? Quel calcul ?

"Frais réels : comment les réduire ? Quel calcul ?"

Frais réels : comment les réduire ? Quel calcul ? FRAIS REELS. Au titre des frais professionnels, les salariés peuvent opter pour l'abattement forfaitaire de 10% ou les frais réels. Voici comment procéder.

A défaut, l'administration fiscale applique une déduction forfaitaire de 10% au titre des frais professionnels engagés au cours de l'année d'imposition. Cet avantage est toutefois limité à 12 829 euros pour l'année 2021. Les contribuables dont les dépenses sont plus élevées peuvent opter pour la déclaration des frais professionnels pour leur montant réel. Il faut alors tout recenser (frais kilométriques, repas, télétravail, équipement...), s'assurer que les frais sont légitimes et justifier, puis les inscrire en case 1AK de la déclaration de revenus. Accompagnez votre déclaration d'une note détaillant l'ensemble de vos dépenses sur papier libre, ou en dernière page, à l'issue de la déclaration en ligne. Ne joignez pas de justificatifs à votre déclaration, mais contentez-vous de les conserver.

Comment calculer les frais réels pour les impôts ?

Pour calculer le montant des frais réels, le salarié doit conserver les factures. Les dépenses engendrées dans le cadre professionnel concernent la nourriture, les frais de documentation, de formation (lorsqu'ils sont supportés par l'employé), l'achat de vêtements obligatoires (de bleus de travail, par exemple), et les dépenses liées au transport, comme l'essence, l'assurance du véhicule, le parking, l'entretien ou les frais de péage. Le contribuable, en l'absence de justificatifs, pourra déterminer et déduire un prix forfaitaire du repas, duquel viendront se soustraire le montant des titres restaurant, ainsi que la participation de l'employeur.

Quels sont les frais réels déductibles auprès des impôts ?

Les frais réels sont déductibles des impôts, seulement sous certaines conditions. Ils doivent résulter de l'exercice d'une activité professionnelle salariée et être payés la même année que la perception des revenus. Il est obligatoire de justifier ces dépenses et de conserver les justificatifs pendant les trois années suivantes. Cependant, ceux-ci ne sont pas à joindre dans la déclaration d'impôts. Le salarié doit simplement pouvoir les présenter au centre des finances publiques si celui-ci les lui réclame. Les frais réels doivent être détaillés dans une lettre jointe à la déclaration de revenus et leur montant total doit être renseigné.

Si le salarié opte pour la déclaration de ses frais réels plutôt que pour l'abattement automatique de 10%, il pourra également inclure les cotisations versées aux organisations syndicales. La totalité des allocations et des remboursements pour frais d'emploi devra apparaître dans la déclaration d'impôt.

Frais réels de repas : que doit-on comptabiliser dans sa déclaration d'impôt ?

L'éloignement du lieu de travail est la principale raison qui oblige un salarié à prendre ses repas en dehors de son domicile. Il peut être amené à déjeuner à l'extérieur de son entreprise si celle-ci ne propose pas de solution de restauration collective. Dans ce cas, s'il possède des justificatifs complets et précis, le montant des frais supplémentaires correspond à la différence entre le prix du repas payé et le montant défini par l'administration pour un repas pris à domicile, à savoir 4,95 euros en 2022. En l'absence de pièces justificatives détaillées, les frais supplémentaires sont estimés à 4,95 euros. 

Le salarié n'est pas dans l'obligation de prendre une pause repas sur son lieu de travail pour que les dépenses engendrées soient déductibles. Ainsi, s'il dispose de justificatifs précis, il peut déduire le montant des frais supplémentaires en faisant la différence entre le prix du repas réglé à la "cantine" et 4,95 euros.

Frais réels et télétravail, comment ça marche ?

Dans le cadre de la crise sanitaire, le gouvernement a annoncé la prolongation des mesures exceptionnelles sur le télétravail pour l'année d'imposition 2021. "La lutte contre la propagation de l'épidémie de Covid-19 s'est à nouveau traduite par un recours élevé au télétravail à domicile en 2021, conduisant un grand nombre de salariés à engager des frais professionnels rendus nécessaires par cette organisation du travail", note le ministre de l'Economie dans un communiqué publié début mars. Très concrètement, deux types de situation peuvent se présenter : 

  1. Au cours de l'année 2021, vous avez bénéficié d'une allocation de votre employeur pour couvrir les frais de télétravail (remboursements, indemnités forfaitaires ou remboursements de frais réels) : elle est exonérée d'impôt sur le revenu "dans les limites de 2,50 € par jour, 55 € par mois et 580 € par an". "En pratique, il appartient aux employeurs d'identifier, dans les informations qu'ils transmettent à l'administration fiscale, les remboursements ou les allocations exonérés d'impôt sur le revenu", rappelle-t-on. "Ainsi, le montant du revenu imposable prérempli sur la déclaration de revenus ne devrait pas, en principe, inclure de telles allocations. Les salariés pourront s'en assurer au moment de déclarer leurs revenus 2021, en vérifiant les montants préremplis par rapport à leurs bulletins de paie (ou l'attestation fiscale annuelle délivrée par leur employeur)".
  2. Au titre de l'année 2021, vous privilégiez la déduction des frais professionnel pour leur montant réel : dans ce cas, les frais liés directement au télétravail à domicile "pourront être déduits forfaitairement à hauteur des mêmes montants, le contribuable conservant la possibilité de les déduire pour leur montant exact si cela lui est plus favorable". "Les modalités d'application de ces mesures ainsi que les précisions sur la nature et le montant de déduction des frais liés au télétravail seront prochainement précisées sur le site impots.gouv.fr", explique-t-on.

Frais réels kilométriques, comment ça marche ?

Les frais kilométriques sont engendrés par les trajets entre le domicile du salarié et son lieu de travail. Ils représentent la plupart des frais réels déclarés, et pourront être déduits jusqu'à un plafond de 40 kilomètres entre l'entreprise et le lieu de résidence du contribuable. Les déplacements en voiture de fonction peuvent également être déclarés.

Impôt sur le revenu