Scrum : présentation et avantage de la méthode agile star

Chargement de votre vidéo
"Scrum : présentation et avantage de la méthode agile star"

Scrum : présentation et avantage de la méthode agile star [SCRUM AGILE] Sprint scrum, scrum master, product owner, daily scrum meeting, scrum board... Tour d'horizon de la méthode agile de gestion de projet Scrum, et de ses grands piliers et valeurs.

La méthode Scrum, qu'est-ce que c'est ?

Scrum est la méthode agile la plus utilisée. A l'instar des autres méthodes agiles, Scrum est une démarche de gestion de projet qui fait du client (ou utilisateur) le principal pilote de l'équipe en charge des développements. Historiquement, elle est principalement mise en œuvre dans le domaine informatique, et dans celui du développement d'applications en particulier. 

Le terme anglais "scrum" signifie "mêlée" et s'inspire ouvertement du rugby, sport qui requiert une équipe soudée avançant dans la même direction. Dans le cadre de la méthode Scrum, une "mêlée" se traduit par un sprint. Entendez par là une phase de développement d'une à quatre semaines qui visent à concentrer l'équipe projet sur une partie limitée du produit ou du service à réaliser. Typiquement, il s'agira de concrétiser quelques fonctionnalités dans le cas d'une application. Au terme de chaque sprint, une revue de sprint est organisée pour faire le point sur l'état d'avancement du projet avec les utilisateurs, passer au crible les éventuelles adaptations à réaliser, et identifier les objectifs du sprint suivant (voir l'infographie ci-dessous).

Quel est le principal apport de la méthode Scrum ?

A l'image des autres méthodes agiles, Scrum présente pour principal avantage d'aboutir rapidement à une première itération de produit ou de service utilisable sur le terrain. Validés au fur et à mesure par le client, les sprints suivant permettent d'enrichir ce premier socle. Résultat : la gestion de projet se traduit par un processus nettement plus productif. 

Exit l'effet tunnel des chantiers en cycle en V partant de l'analyse des besoins pour enchaîner spécification, conception, codage et test. Des projets qui se caractérisent par une livraison unique en bout de course qui risque de ne plus coller avec les problématiques métier qui auront forcément évolué dans l'intervalle.

C'est quoi un sprint scrum ?

Le sprint est la pièce maîtresse de la méthode agile Scrum. D'où l'appellation couramment utilisée de sprint scrum. Entendez par sprints des itérations courtes de développement conçues pour créer un produit ou service de manière incrémentale. 

Comment utiliser Scrum ?

Scrum détermine un cadre de travail, ou framework, visant à faciliter la mise en œuvre rapide et efficace d'un projet de développement. Pour réussir à appliquer ce framework, Scrum recommande trois piliers fondamentaux :

  • La transparence. Elle vise à faire en sorte que les parties prenantes (équipe projets, management et utilisateurs) partagent un langage commun et bénéficient de toutes les informations nécessaires à la compréhension du projet.
  • L'inspection. Elle a pour but de vérifier, via des évaluations régulières, que le développement est toujours en phase avec les demandes du client et qu'il ne dévie pas par rapport à ces dernières.
  • L'adaptation. Un concept qui porte bien son nom. Son objectif ? Corriger la trajectoire du projet si des écarts avec les résultats à atteindre sont détectés lors de la phase d'inspection.
Scrum recommande de découper un projet en itérations intermédiaires. Il s'agit des sprints. © 123RF / Taisiya Zabelava

A ces trois piliers, la méthode Scrum ajoute cinq valeurs visant à rendre le travail efficace et la collaboration entre le acteurs en présence fluide et en ligne avec les objectifs à atteindre :

  • La focalisation. L'équipe projet doit être pleinement focalisée sur le développement à réaliser.
  • L'ouverture.  L'équipe projet comme le management doivent être ouverts sur le mode de fonction de Scrum, en particulier sur la communication interpersonnel pour avancer et résoudre les problèmes ensemble. 
  • Le respect. L'ensemble des parties prenantes (membres de l'équipe projet, management et clients) doivent faire preuve de respect mutuel.
  • Le courage. Enfin, l'équipe projet doit faire preuve de courage pour relever les défis auxquels elle aura à faire face en toute autonomie.
  • L'engagement. C'est une valeur contribuant également à la réussite de la démarche. Les membres de l'équipe Scrum doivent s'engager personnellement à atteindre les objectifs de chaque sprint. 

Focalisation, ouverture, respect, courage et engagement forment l'acronyme Force qui illustre la finalité recherchée à travers ces quatre valeurs fondamentales par la méthode agile Scrum.

Quel est le rôle du scrum master ?

Scrum recommande de nommer ce qu'elle appelle un scrum master. Son rôle est de garantir la mise en œuvre de la méthodologie agile et de piloter les quatre étapes d'un sprint scrum : plannification, daily meeting, sprint review et sprint retrospective. Elément central pour le bon fonctionnement de l'équipe projet, le scrum master est aussi le garant de la fluidité des échanges et de la productivité du travail. A ce titre, il identifie les points de blocage et anime les brainstormings pour cerner les solutions. Enfin, il rédige le graphique d'avancement (burndown chart ou BDC) qui décrit le volume de tâches restant à réaliser sur l'axe vertical et le timing projeté sur l'axe horizontal.

Face à ces défis, on attend d'un scrum master qu'il maîtrise la méthode Scrum. Il doit également faire preuve de pédagogie et opter pour un mode de management participatif axé sur le coaching. Partant de là, le rôle de srcum master sera le plus souvent dévolu au chef de projet.

Quel est le salaire d'un scrum master ?

Le salaire d'un scrum master est plus élevé que celui d'un chef de projet informatique lambda. On attend en effet d'un scrum master qu'il combine les aptitudes de chef de projet à celles de coach et d'animateur d'équipe. Le tout associé à une excellente connaissance de Scrum.

Le scrum master peut avoir acquis la maitrise de la méthode Scrum par la pratique ou en suivant une formation débouchant une certification de scrum master

Quel est le rôle du product owner ?

Aux côtés du scrum master, Scrum conseille de nommer un product owner. Son mission ? Représentant le client au sein de l'équipe projet, il est le garant de la vision produit. Il se charge d'alimenter le backlog du projet en items ou fonctionnalités métier à réaliser, avec pour chacun des spécifications détaillées. En langage Scrum, ces items sont appelés les users stories. Elles décrivent le besoin du client en langage simple et compréhensible par toutes les parties prenantes.  

Au sein du backlog, le product owner classe les users stories par ordre de priorité en fonction de quatre critères : la valeur business introduite, la connaissance technique et métier nécessaire à la réalisation (besoin de formations ?), l'effort à produire par l'équipe projet, et les risques c'est-à-dire les contraintes associées pouvant générer des impondérables (prérequis techniques et métier, sollicitation d'un fournisseur...).

Le product owner a donc pour mission d'intégrer à la fois les demandes des utilisateurs mais aussi les contraintes techniques liées à la mise en œuvre. A chaque étape du projet, ou sprint, il se charge de présenter au client le travail effectué. Il analyse avec l'équipe projet ses feedbacks afin de s'assurer que le produit ou service développé correspond bien à ses attentes et qu'il reste en ligne avec le budget imparti. Pour faciliter les retours des utilisateurs, Scrum conseille de mettre en place si besoin des user tests à l'issue de chaque sprint.

Qu'est-ce qu'un daily scrum meeting ou daily scrum ?

Le daily scrum, ou mêlée quotidienne, est une réunion qui intervient en cours de sprint. Elle permet à chaque membre de l'équipe projet de faire un point sur les tâches réalisées la veille et celles à réaliser pour la journée.  Elle est organisée devant le scrum board qui dresse un état des lieux du sprint en cours.

Ne devant pas dépasser 15 minutes, le daily scrum meeting est également l'occasion d'évoquer les points de blocage et les solutions possibles pour les résoudre. Si un débat est lancé sur une question épineuse, Scrum conseille de planifier une réunion dédiée au sujet se limitant aux personnes concernées.

Un scrum board, c'est quoi ?

Brique centrale de la méthode Scrum, le scrum board (ou scrum task board) est un tableau tout droit inspiré de la méthode Kanban. Il permet de suivre l'état d'avancement des tâches au sein du sprint scrum en cours.

Le plus souvent déployé sur un tableau blanc, le scrum task board se divise a minima en trois colonnes : les tâches à faire, les tâches en cours de réalisation et les tâches terminées. Des carrés de papier adhésif représentant ces tâches seront déplacés d'une colonne à l'autre au fur et à mesure du sprint. En fonction des besoins, des colonnes intermédiaires pourront être ajoutées (test, recette...).

Comment télécharger le Scrum Guide ?

A l'origine Scrum, Ken Schwaber et Jeff Sutherland sont les auteurs du Scrum Guide qui pose les bases de la méthode agile du même nom. Fondements, piliers, valeurs, rôles, meetings... Il passe en revue les différents concepts du framework.

Indépendant de tout éditeur de logiciel et prestataire, le Scrum Guide est consultable sur le web. Il est aussi téléchargeable sur le site web de Ken Schwaber et Jeff Sutherland (Scrum.org) :

A l'origine, c'est Ken Schwaber qui pose les bases de ce qui deviendra la méthode Scrum à l'occasion d'une conférence en 1995. Il en détaille ensuite les principes dans un article paru en 1996 dans le Cutter Business Technology Journal (article titré Controlled Chaos: Living on the Edge).

Quelles sont les missions de la Scrum Alliance ?

Fondée en 2001, la Scrum Alliance est une organisation à but non lucratif qui se donne pour mission de promouvoir le mouvement agile à travers des certifications. Portée par des membres de la communauté agile, elle alimente les débats et la recherche sur ce terrain.

Quelles sont les certifications de scrum master ?

Il existe plusieurs certifications reconnues dans ce domaine. Elles ont pour ambition de valider et labelliser les compétences Scrum. Historiquement, la Scrum Alliance a été le premier organisme à but non lucratif à proposer des formations certifiantes dans ce domaine (en anglais). Elles se déclinent en trois niveaux : Certified ScrumMaster, Advanced Certified ScrumMaster et Certified Scrum Professional ScrumMaster. Même logique pour le product owener via Certified Scrum Product Owner, Advanced Certified Scrum Product Owner et Certified Scrum Professional Product Owner.

En France, la société de formation spécialisée en méthodes agiles Agilbee déclinent les cursus et certifications de la Scrum Alliance en langue française. Les certifications Scrum de la Scrum League sont également dispensées en français.

Principale alternative à l'offre de la Scrum Alliance, Scrum.org a lui-aussi mis en place des certifications Scrum, notamment au travers des programmes Professional Scrum Master et Professional Scrum Product Owner. Disponibles uniquement en anglais, elles présentent pour avantage d'avoir été conçues directement par les auteurs de Scrum que sont Ken Schwaber et Jeff Sutherland.

Scrum vs Kanban

Souvent mises en concurrence, les méthodes agiles Scrum et Kanban s'avèrent bien plus complémentaires qu'il n'y paraît. La première vise avant tout à fractionner en plusieurs cycles les processus de développement de produits. La seconde, elle, a pour principal objectif de limiter le gaspillage de temps et d'énergie en limitant le nombre de tâches de production à réaliser. 

Alors que Scrum est adapté à la gestion d'un projet unique, Kanban conviendra mieux au management de plusieurs projets ou encore à la TMA (tierce maintenance applicative) et au MCO (maintien en condition opérationnelle).

Scrum vs Safe

Si Scrum reste la méthode agile la plus populaire actuellement, elle est talonnée par d’autres méthodologies toujours plus performantes en matière d’agilité. C’est le cas notamment de Scaled Agile Framework, plus communément appelée Safe, qui permet d’organiser la gestion du travail au sein des grandes entreprises avec une plus grande souplesse.