Management participatif : définition, exemples et avantages

"Management participatif : définition, exemples et avantages"

Management participatif : définition, exemples et avantages Loin du modèle traditionnel de management directif, le management participatif souhaite rendre les conditions de travail plus attractives pour le bien-être des salariés.

Qu'est-ce que le management participatif ? Définition

Le management participatif (participative management en anglais) vise à améliorer le rendement des employés d'une entreprise, en les invitant à s'investir dans la vie entrepreneuriale ainsi que dans les prises de décisions. Ce type de management fonde sa doctrine sur un mode délégatif. Concrètement, cela signifie que toutes les décisions prises au sein de l'entreprise requièrent un consensus entre les divers collaborateurs concernés qu'ils soient cadres dirigeants, cadres ou employés (statut Etam).

En favorisant le climat social au bureau, le management participatif permet clairement d'améliorer la qualité de vie au travail. En s'impliquant davantage, les collaborateurs voient leur confiance en eux-mêmes se développer. Ils se sentent écoutés, leur avis étant attendu. C'est pourquoi de plus en plus d'entreprises ont recours aux cours de management participatif. Cela signifie qu'au quotidien le rôle de manager est celui de coordinateur plus que de "sachant".

Quels sont les différents styles de management participatif ?

Le management participatif peut revêtir plusieurs aspects. S'il s'oppose dans tous les cas au management directif autoritaire ou paternaliste, il peut être global ou privilégier une thèse particulière. Le management participatif consiste à recueillir l'avis des collaborateurs afin de dégager un consensus.

Le management "délégatif" donne, quant à lui, une grande liberté d'action aux salariés de l'entreprise. L'objectif reste le même : susciter l'engagement du personnel afin d'améliorer les performances et le chiffre d'affaires de l'entreprise.

Quelles entreprises ont adopté le management participatif ? Exemples

Plusieurs entreprises à l'image de Decathlon ont tenté de modifier leur mode de gestion pour s'orienter vers un management consultatif et participatif. Chez Monoprix, cela s'est concrétisé, par exemple, par un grand sondage auprès des différents magasins. Les opérateurs ont pu s'exprimer de façon anonyme sur les pratiques managériales en vigueur déclenchant un plan d'action visant à valoriser l'ensemble des salariés et à leur permettre de se former.

Quels sont les inconvénients du management participatif ?

Tout n'est pas rose dans le management participatif. Adopter ce management au quotidien peut revêtir certains inconvénients, à commencer par un manque de réactivité. En effet, réunir toutes les parties prenantes d'un projet, demander l'avis et tenter de dégager un compromis représente une procédure assez chronophage. L'entreprise peut ainsi s'avérer trop lente à répondre à une situation et le consensus peut également être considéré comme trop modéré.

Quels sont les avantages du management participatif ?

En prônant la communication et le respect, le management participatif permet de créer une ambiance de travail beaucoup plus agréable et détendue. Les tensions hiérarchiques sont moins prégnantes et les salariés, même en bas de l'échelle, se sentent valorisés, car eux aussi ont un rôle à jouer dans l'entreprise. Les collaborateurs bénéficient d'une plus grande autonomie qu'au sein d'une entreprise qui préconise le management hiérarchique.

Conséquence, le taux de turnover des entreprises pratiquant ce type de management est peu élevé et la fidélisation de la génération  Z (qui réclame du sens et de l'autonomie) est facilité.

Gestion d’entreprise