Contrat d'engagement jeune : pour qui et à quelle date ?

Contrat d'engagement jeune : pour qui et à quelle date ? Le chef de l'Etat a annoncé la création d'un nouveau Contrat d'Engagement Jeune, qu'il avait déjà évoqué lors d'une allocution le 12 juillet. Le but est de les accompagner dans la recherche d'un emploi.

Qu'est-ce qu'un contrat d'engagement jeune ?

Le contrat d'engagement jeune est un nouveau type de contrat d'accompagnement ciblant les jeunes actifs en recherche d'emploi. Ils bénéficieront de "15 à 20 heures d'accompagnement par semaine pour découvrir un métier, se former, trouver un apprentissage ou un emploi" selon le président de la République, qui a présenté la mesure sur Facebook. La formation devrait notamment comprendre des modules concrets sur les démarches à effectuer pour trouver un emploi ou une formation.

Les jeunes signataires de ce contrat  pourront aussi toucher une allocation de 500 euros mensuels durant leur contrat s'ils sont autonomes fiscalement ou rattachés à un foyer fiscal non imposable. S'ils sont rattachés à un foyer fiscal imposable à la tranche 1, ils pourront toucher une allocation de 300 euros. Dans tous les cas, celle-ci sera "versée sous condition de revenus, d'assiduité et d'acceptation des offres d'activité faites". Un non respect du contrat ou le refus d'une proposition entraînera l'arrêt du versement de l'allocation.

Selon le président de la République, le dispositif devrait "compléter et simplifier" plusieurs mécanismes existants d'accompagnement des jeunes en recherche d'emploi. Ainsi, la garantie jeune accompagne déjà les jeunes exclus du monde du travail avec là aussi des formations sur des aspects très pratiques de la vie professionnelle, une découverte de métiers, et un accompagnement par les conseillers des missions locales. Selon le gouvernement, le contrat d'engagement jeune devrait être plus ciblé que la garantie jeunes. Le Premier ministre Jean Castex, qui a apporté des précisions à la suite du message du chef de l'Etat, a assuré qu'il ne s'agirait pas d'un "dispositif de plus" : tous les dispositifs existants, dont la garantie jeunes, devraient donc être remplacés par le contrat d'engagement jeunes. Pour le premier ministre, il existe "un maquis" de dispositifs d'accompagnement, qui ne sont pas articulés entre eux et ne misent pas assez sur la mise en situation des personnes accompagnées. Il a aussi expliqué que l'un des objectifs du dispositif était de répondre aux tensions du marché du travail, et donc potentiellement d'orienter les jeunes durablement sans emploi vers des secteurs qui recrutent.

Deux milliards d'euros issus du plan "Un jeune, une solution" devraient servir au financement de cette mesure. 550 millions d'euros supplémentaires présentés dans un amendement au projet de loi de finance 2022, voté par l'Assemblée Nationale, devraient aussi venir financer le contrat d'engagement jeunes.

Qui sera éligible au contrat d'engagement jeune ?

Ce type de contrat s'adressera aux jeunes de moins de 26 ans sans formation et privés d'emploi depuis plusieurs mois. Le dispositif "a vocation à accompagner ceux qui étaient accompagnés par la garantie jeunes et extrêmement éloignés de la formation et de l'emploi", selon Olivia Grégoire, secrétaire d'Etat en charge de l'Economie sociale et solidaire. Selon le Premier ministre, cela pourrait représenter 500 000 personnes. Il a affiché comme objectif d'en accompagner au moins 400 000 en 2022. A titre de comparaison, 200 000 jeunes devraient être accompagnés par la garantie jeunes portée par les missions locales en 2021, et environ autant par l'Accompagnement intensif  des Jeunes (AIJ) de Pole Emploi.

Comment effectuer un contrat d'engagement jeune ?

Selon le chef de l'Etat, les contrats d'engagement jeune seront actifs à compter du 1er mars 2022, même si le Premier ministre a parlé d'une "préfiguration" dès janvier 2022. Il assure que le dispositif impliquera l'Etat, les collectivités, les entreprises et les associations. Les Missions locales seront impliquées, mais aussi les associations de quartier, les associations sportives, et tous les organismes qui peuvent toucher les jeunes. Selon la ministre de l'Economie sociale et solidaire, ce type de contrat pourra être initié par des acteurs de terrain, par Pole Emploi ou par des associations. Les mises en situation professionnelles pourront être effectuées au sein d'entreprises, d'associations, de collectivités territoriales ou dans le cadre d'un service civique.

Pour Jean Castex, les 15 à 20 heures d'accompagnement devront être "le plus proche possible du milieu professionnel". Selon le Premier ministre, le jeune sous contrat bénéficiera d'un référent unique, qu'il devra voir au moins une fois toutes les deux semaines. Le but est de "réunir tous les atouts pour dénicher un emploi ou une solution professionnalisante dans un délai de 12 mois". Dans la pratique, le parcours devrait pouvoir durer entre six et 18 mois.

Le Premier ministre a aussi évoqué une application, commune à tous les acteurs publics de l'emploi, à laquelle auront accès tous les bénéficiaires du contrat d'engagement. Elle leur permettra entre autres de s'informer et dialoguer avec leur conseiller référent.

Contrats